Thom Yorke

Anima

Anima

 Label :     XL 
 Sortie :    jeudi 27 juin 2019 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

L'ami Thom Yorke revient par la grande porte pour son nouveau projet solo.

En effet, en s'entourant une fois de plus de talentueux collaborateurs comme Flying Lotus pour l'inspiraton et le fidèle Nigel Godrich (6ème membre de Radiohead), Yorke a fait appel au réalisateur de Magnolia, Paul Thomas Anderson pour produire et diffuser un court métrage l'incluant en acteur et comportant 3 titres du présent album.

Un copieux album avec 9 titres pour une durée de près de 50 minutes avec cet electro minimaliste mais inspirée (le nombre de boucles et de couches successives est admirable) qui va décontenancer les amateurs de la première heure de Radiohead période Pablo Honey - The Bends et ravir ceux de Kid A.

Kid A, parlons-en justement. Il reste la source d'inspiration principale de Anima tant cet album s'en inspire par tous les pores. Attention il ne s'agit pas d'une vulgaire copie mais d'une extension à la fois dansante, intrigante et mélancolique par bien des aspects.

Les 3 premiers titres déconcertent d'abord et ravissent, exactement comme les premières écoutes de Kid A pouvaient le faire. Yorke aurait écrit cet album de façon encore plus introspective que les précédents. Je n'écoute pas spécialement les paroles et leur signification mais l'absence de refrains, la continuité du chant et les mélodies surprenantes me font acquiescer assez rapidement. Un exploit lorsque je juge de l'étanchéité parfois des musiques de Yorke en général où plusieurs écoutes sont nécessaires.

Attention, ça ne rendra pas l'écoute d'Amina plus abordable pour les non initiés mais la satisfaction est un peu plus immédiate, un peu plus percevable rapidement comme si Yorke aurait voulu continuer son oeuvre atypique en la rendant un peu plus palpable.

On a la sensation de pénétrer dans l'intimité de l'artiste mais il ne se dévoile pas sous son meilleur jour comme le prouve "I am a very rude person".

Pop scintillante à la Aphex Twin avec "Not the News", rythmes "radioheadiens" avec "Impossible Knots" et une légère sucrerie "Runwayaway" conclut Anima de façon admirable.

Sans aucun doute son album le plus abouti malgré un léger sentiment de déjà vu, Anima se bonifie à chaque nouvelle écoute.


Très bon   16/20
par Jetjet


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
156 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?