Royal Blood

Royal Blood

Royal Blood

 Label :     Black Mammoth 
 Sortie :    vendredi 22 août 2014 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Vous savez quel est le jeu favori de cette effrontée d'Angleterre ? Nous balancer son talent directement dans nos esgourdes sans prendre de pincettes ! Et cette folle a récidivé à l'Été 2014 en nous envoyant 2 de ses garnements prêts à tout défoncer sur leur passage : Royal Blood.

Faites un tour dans votre discothèque et sortez vos disques qui commencent avec un riff, un roulement, une parole ou un gimmick bien défini qui reste définitivement en tête dès la première écoute... Vous n'y voyez pas un point commun ? Bon je vais vous aider en citant quelques exemples très parlants : "Baba O'Riley" des Who sur Who's Next / "Black Dog" de Led Zeppelin sur le 4è du nom / "Smells Like Teen Spirit" de Nirvana sur Nevermind / "Welcome To The Jungle" des Guns N' Roses sur Appetite For Destruction... C'est bon vous voyez où je veux en venir ? Tous ces albums ont utilisé ce petit tour de passe-passe et ils sont tous devenu des classiques ! Eh bien ce Royal Blood risque bien de prendre le même chemin en s'ouvrant avec un riff/roulement épileptique de basse/batterie qui vous scotche directement à votre siège avant de vous décrocher une droite bien sentie ("Out Of The Black").
Ah oui, Royal Blood est un duo – "ooooh encoooore..." – mais non duchnoque, celui-ci est original, un bassiste et un batteur que je t'ai dit et rien de plus – "mouais bof avec seulement un bassiste ça doit pas être grandiose non plus, juste rythmique" – putain ta gueule, ces gars à eux deux ils ont le volume sonore d'un trio voire d'un quatuor avec 2 guitares montées au maximum ; tu vois la puissance lourde que peuvent avoir les titres les plus excités des Black Rebel Motorcycle Club ? Bah Royal Blood l'ont en étant que 2, une basse, une batterie et un vrai talent – d'ailleurs si je n'avais pas précisé que c'était un duo et surtout une basse JAMAIS tu ne l'aurais su, l'illusion est totale !
Bon revenons à l'essentiel, le contenu de cet album. Des bombes, il y a des bombes Heavy quasiment partout, je n'aurais pas aimé être à la place des gars du label qui ont dû se torturer l'esprit pour savoir quelle chanson sortir en première en single... Prenez la Face A "Out Of The Black" / "Come On Over" / "Figure It Out" / "You Can Be So Cruel" / "Blood Hands" y a-t-il du déchet là-dedans ? Nullement ! La "patte Royal Blood" est présentée : jeu de basse épileptique rempli d'effets, batterie à la frappe lourde (Dave Grohl s'est incrusté ?!), véritable mur du son durant les refrains à reprendre en chœur, voix assez douce pour les couplets et même riffs de batterie (si ça se dit...) – pour l'image, on peut aussi bien retenir l'air joué par la basse et celui de la batterie (non vraiment, Dave Grohl n'est pas là ?!). Ah et on n'oublie pas de faire monter la sauce dans les pré-refrains, de s'amuser à se calmer puis ré-exploser pour donner un petit côté progressif au tout ; ces mecs sont malins, très malins !

La Face B démarre avec "Little Monster", haha comme s'ils ne nous avaient pas déjà assez fracassé, ils reviennent avec un sacré uppercut – montez le son encore plus fort, vos voisins en seront ravis. On a du riff de dingue et des soli assez simples, mais endiablés de basse – les guitaristes vont être jaloux. "Loose Change" est peut-être la seule qui est vraiment en dessous des autres, ça sonne un peu Band Of Skulls, mais sans la magie des 2 voix ; la voix de Mike Kerr d'ailleurs, aussi belle soit-elle, fait partie des petits défauts du groupe, j'ai l'impression qu'il se retient encore un peu et niveau production, elle mériterait à être un poil plus en avant. Dans "Careless" par exemple, le refrain a ce je-ne-sais-quoi de Soul, c'est intéressant et à développer, par contre "Ten Tonne Skeleton" aussi bonne musicalement soit-elle (ce riff à la QOTSA) souffre un peu de ce chant "à bout de souffle". Et pour le final, "Better Strangers" et son jeu de batterie faisant penser à "When The Levee Breaks" de Led Zeppelin (sans reverb), c'est classe avec un certain groove, dangereux et sexy à la fois – la définition même de ce groupe.

Vous pouvez en être sûr et certain, Royal Blood est et fera partie de l'histoire du Rock dans la catégorie "meilleur premier album". Ces jeunes sont impressionnants, talentueux et pas con surtout, même s'ils ont une attitude de "nous contre le reste du monde", ils savent où ils vont et comment y aller. Et comme si ça ne suffisait pas, le tout est illustré par une sublime pochette signée Dan Hillier – les collectionneurs de vinyles apprécieront l'objet.

Saleté d'Angleterre qui nous nargue une nouvelle fois.


Excellent !   18/20
par Beckuto


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
122 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :