Golden Smog

Weird Tales

Weird Tales

 Label :     Rykodisc 
 Sortie :    mardi 13 octobre 1998 
 Format :  Album / CD   

Au début, Golden Smog était un secret. Une association de malfaiteurs tentée par une collaboration discrète en mode "on est des potes qui aimons tuer le temps en composant des mélodies" plutôt que d'assumer à fond l'étiquette (souvent maudite) de supergroupe. Trois ans plus tard, quand sort Weird Tales, plus besoin de vendre ça sous le manteau. On oublie les pseudos à la Traveling Wilburys et on essaye d'exploiter le succès grandissant de cette bande de potes devenus héros de l'americana 90's : Jeff Tweedy avec Wilco, Dan Murphy de Soul Asylum et les vétérans Gary Louris et Marc Perlman des Jayhawks. On ajoute même une légende de la power-pop derrière les fûts en recrutant Jody Stephens (ex-Big Star). Les masquent tombent et le projet n'est plus seulement un cadeau pour les fans : il est du même niveau que tout ce que ces gars-là produisent à la même époque.

Si la sensibilité est quasiment la même pour chaque joueur, chacun apporte son twist personnel à ses compositions. Prenons les apports de Tweedy par exemple : si on m'avait dit que "Lost Love", "Please Tell My Brother" et "I Can't Keep From Talking" étaient des chutes de studio de Being There ou des premiers essais pour Summerteeth, j'y aurais cru sans souci. On y retrouve la même humeur de country mélancolique qui ne tombe jamais dans l'écueil d'une ballade classique tellement la tension de l'ami Jeff empêche toute mièvrerie de s'installer.

Il est si doux de se réfugier dans ce déluge d'arpèges et de pedal steel, si bon de pouvoir rêver de grands espaces sans subir la grandiloquence d'un Springsteen ou l'aspect trop rétro d'Uncle Tupelo. En fait, de manière bien plus subtile et universel que le grunge, c'est le son d'une époque où des petits génies parviennent à allier mélodies pop et mal-être adulescent (ils auraient presque pu inviter Stephen Malkmus et David Berman pour enfoncer le clou).

La palme de la ballade la plus sublime revient à Gary Louris. Son "Jennifer Save Me" vous fait dire "comment peut-on écrire encore des slows aussi simples et beaux qui vous pénètrent l'âme alors qu'on croyait que tout avait été écrit sur le sujet et qu'on ne m'y reprendrais pas à tomber amoureux d'une chanson d'amour" ?
It's time to face the music
But they never taught me how to dance


Weird Tales est le second et meilleur album de Golden Smog, chaînon manquant entre les Traveling Wilburys et Monsters of Folk. Trois groupes qui, dans leur décennie respective, auront su prouver qu'un supergroupe peut vraiment être super.


Parfait   17/20
par Dylanesque


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
309 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Si je vous dis beauté féminine vous me répondez ?


Elysian Fields
Emily Haines
Emiliana Torrini
PJ Harvey
Mazzy Star
Blonde Redhead
Cat Power
Peaches