Make Up

I Want Some

I Want Some

 Label :     K 
 Sortie :    samedi 20 mars 1999 
 Format :  Compilation d'inédits / CD   

Free Your Mind... And Your Ass Will Follow!: c'est le titre d'un album de Funkadelic mais je trouve que ça pourrait être également la devise de Make-Up ainsi que la manière dont on pourrait habilement résumer cet authentique manifeste de leur fameux 'Gospel Yeh-Yeh'. Très difficile d'écouter ce CD en restant confortablement assis dans un fauteuil.
En réalité, I Want Some n'est pas à proprement parler un album mais une compilation de tous les 45 tours (aux tirages confidentiels) du groupe. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'entreprise est des plus salutaires tant il aurait été dommage que ces bijoux ne concernent qu'une poignées de leurs fans hardcore amateurs de vinyle qui plus est.
Le fait que l'enregistrement des morceaux que l'on trouve sur I Want Some s'étalent sur plusieurs années permet de s'apercevoir de l'inventivité extraordinaire du groupe. C'est bien simple: à aucun moment, le groupe ne donne l'impression de se répéter.
D'une manière générale, les premiers morceaux sont assez simples mais d'une efficacité redoutable dans la manière dont ils marient la pop psychédélique des 60's avec la soul. Le chant de Ian Svenonious y reste relativement sage et c'est la basse de Michelle Mae qui y tient la vedette en rappelant même sur "Walking On The Dune" ou "The Choice" la fameuse ligne de basse de Peter Hook chère aux amateurs de Joy Division.
Mais dès le morceau suivant, "Born On The Floor", le groupe prend sa pleine mesure avec un Svenonious qui tour à tour chuchote, déclame ou éructe son texte le tout en poussant parfois sa voix dans les aigus d'une manière presque indécente.
Une chose est certaine: I Want Some est tout simplement l'un des meilleurs albums de rock (si ce n'est LE meilleur) que j'ai eu l'occasion de me mettre entre les oreilles. "Hey Orpheus !" me fait penser au meilleur des Doors, "Grey Motorcycle" semble être un clin d'oeil à Gainsbourg période Bardot, sans parler du sauvage "Blue is Beautiful" dont les guitares saturées et atonales semblent faire écho au Sonic Youth des débuts. Tout ça pour vous donner une petite idée de l'étendue du registre de ce groupe et de la puissance hors du commun des 23 perles que contient cette compilation.
S'il existe des albums dont on peut dire qu'ils doivent se retrouver dans la discothèque de tout fan de rock (indé) qui se respecte, I Want Some est à coup sûr de ceux-là.


Intemporel ! ! !   20/20
par Piezo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
306 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus