The Birthday Party

Live 81-82

Live 81-82

 Label :     4AD 
 Sortie :    mardi 10 août 1999 
 Format :  Live / CD  Vinyle   

The Birthday Party, c'est un des groupes les plus incendiaires et passionnants des années 80. Mené par Nick Cave (qu'on ne présente plus), leur musique, un post-punk sauvage et torturé, aux relents noise rock, psychobilly et no-wave, déjà sérieusement dérangée et branlante en studio, révèle tout son potentiel en live, puissance cent, ravagée et maladive sans retours possible.

Nick Cave est très loin du crooner, à cette époque. Biberonné à l'école Iggy Pop (Bestialité+hystérie+déglingue antimélodique+démence sexuelle d'adolescent en manque=chanteur rock parfait), il déchire sa gorge déjà puissante et caverneuse dans des gémissements, imprécations possédés et autres gueulantes épileptiques . Une voix qui n'est pas sans évoquer celle d'Eugène Robinson en plus grave et moins plaintive.

La musique, un blues urbain et strident défiguré, violé sous le rouleau compresseur rock peut également rappeler celle d'Oxbow en moins lourde et en plus gothique. Les musiciens, jamais démonstratifs, toujours viscéraux et justes font des merveilles ; le feeling blues punk dissonant et dépressif de Rowland S Howard à la guitare, la basse, tenue par Tracy Pew (un des bassistes préférés de Steve Albini), lourde et terriblement groovy, un groove ferrugineux, claudiquant et sale comme un alcoolique qui va se vautrer dans un caniveau dégueulasse. La batterie de Phil Calvert, quant à elle, est puissante, tribale et simple (ici on n'est pas au pays des cassures rythmiques et des roulements intempestifs). Tout les classiques du groupe sont révisés, avec une énergie et une brutalité dépressive qui force le respect.

Le live s'achève sur une reprise ultra violente de Funhouse. Hystérique, déstructurée à l'extrême, elle perfore les tympans, fait courber l'échine de l'auditeur. Les hurlements de Nick Cave, à renvoyer des wagons de chanteurs soit disant énervés dans les jupes de leurs mères, font saturer le micro, les dissonances de la guitare confinent au bruit blanc. La meilleure reprise de ce morceau que j'ai écoutée.
Pour les fans de Scratch Acid, d'Oxbow, de Bauhaus, de Killing Joke, ou tout simplement de rock exigeant et torturé.


Parfait   17/20
par Velvetbanana


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
303 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :