Jack White

Acoustic Recordings 1998–2016

Acoustic Recordings 1998–2016

 Label :     Third Man 
 Sortie :    vendredi 09 septembre 2016 
 Format :  Compilation / CD  Vinyle   

Acoustic Recordings 1998–2016 n'est pas qu'une double compilation des meilleures chansons acoustiques de la carrière de Jack White avec les White Stripes, les Raconteurs et en solo – exit les Dead Weather, même si entendre certaines chansons en version épurée aurait été intéressant –, non c'est un peu plus malin que çà, c'est plus travaillé que la plupart des compil'.

Le premier CD est exclusivement réservé à la période White Stripes avec des versions remixées ("Apple Blossom" / "I'm Bound To Pack It Up") et bien évidemment les chansons adorées voire adulées par les fans ("Hotel Yorba" / "We're Going To Be Friends" / "You've Got Her In Your Pocket" / "White Moon"). 3 petites surprises viennent se glisser parmi ces classiques : "Never Far Away" écrite pour la B.O de Cold Mountain, "Honey, We Can't Afford To Look This Cheap" une B-Side avec Beck à la slide-guitar qui s'était retrouvée sur l'une des différentes versions du 45 Tours Conquest et la très belle et épurée "City Lights"... ce titre ne vous dit rien ? Normal Mr White a décidé de nous faire plaisir en nous offrant cette inédite datant des sessions de Get Behind Me Satan – allez savoir pourquoi cette perle n'a pas fini sur le disque –.

Le second CD démarre par une version acoustique de "Love Is The Truth", la jolie chanson composée en 2006 pour une pub de Coca Cola, puis poursuit avec des versions intéressantes de "Top Yourself" et "Carolina Drama", sûrement les 2 chefs d'œuvres des Raconteurs ; la première est la version bluegrass présente sur le 45 Tours Salute Your Solution et la deuxième a droit à une version acoustique inédite qui n'enlève en rien l'urgence et le côté... dramatique de l'histoire contée – cette chanson n'en finira pas de me donner des frissons ! –. Le reste du disque contient les pistes acoustiques présentes sur ses deux albums solo avec quelques "Alternate Mix" et des versions non électriques de certaines chansons très récentes (j'en ai marre de dire acous... voilà), la piano-bar "Just One Drink" et sa meilleure Face-B période Blunderbuss "Machine Gun Silhouette" ; Jack White nous régale.

L'agencement de cette compilation est plus qu'intelligente, déjà elle respecte la chronologie, mais surtout Jack l'a bien réfléchi ; une première galette pour se mettre ses fans dans la poche avec du matériel bien connu + une petite inédite de grande qualité et une fois accroché, il balance la seconde où il se permet de partir à l'aventure et partage des versions plus différentes que celles présentes sur ses albums studios. Plus d'un Artiste devrait prendre exemple sur ce "Best-Of", même si l'on sait bien que la plupart n'ont pas vraiment leur mot à dire lorsqu'une maison de disques décide d'en sortir une pour se faire du fric. C'est l'avantage d'être Jack White, et quand on est Jack White on fait ce que l'on veut et on le fait bien !


Exceptionnel ! !   19/20
par Beckuto


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
89 invités et 2 membres
Zebulon
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :