Bras Mort

Demo

Demo

 Label :     SLFMDE R. 
 Sortie :    vendredi 11 novembre 2016 
 Format :  Album / K7 Audio   

Parfois on se demande à quoi ça tient.. A quoi tient la découverte d'un disque, d'un groupe? Dans le cas de Bras Mort, la rencontre ne tient qu'à un clic. Tout d'abord la découverte de Jessica 93, le partage sur leur Facebook d'une photo d'une pédale d'effet fabriquée à Metz avec amour, l'achat quelques mois plus tard d'une Big Muff modèle soviétique chez ce même artisan.. et puis j'y viens, le fameux clic pour écouter -le-nouveau-groupe-de-l'orfèvre-de-la-pédale-en-tous-genres.
Voilà mon entrée dans le monde de Bras Mort. Déjà ce nom de groupe absolument croquignolet, la pochette (virtuelle).. Tout y est. Et oui, tout, parce que la musique y est aussi figurez-vous.
On entre dans cet album par "Molemen" qui nous laisse encore un peu à distance. Car tout d'abord on se dit: "bon dieu mais le chanteur il s'approcherait pas un peu? De nous et de la note juste?"
Et puis on se laisse peu à peu gagner avec "Uranium" par laquelle on entre un peu plus profondément dans le gouffre qui s'ouvre devant nous. Et quand "Psychotic Girl" commence, entre No wave, noise, cold wave...euro dance? On est conquis.
Le chant est bien branleur comme on aime, les guitares acérées et cette basse... JésusMarieJoseph... Elle se met un peu plus en avant encore sur "Stixxx" et là on comprend que cet album on va l'aimer, l'écouter et le réécouter encore. On va se déchirer les oreilles avec parce que ça fait du bien et puis c'est tout.
On continue la visite de la caverne avec "World Demise", qui pourrait correspondre à l'idée que je me ferais de Joy Division dans un monde parallèle dans lequel je serais fan de Joy Division.
Après gueulez un bon coup sur "Rate" car vient ensuite "Disappearing", avec toujours cette fameuse basse qui nous mène par le bout de nos baskets pourries.
Et puis y a cette guitare qui vient nous vriller les entrailles, y a ce chanteur à qui on aurait bien envie de crier: "eh mec reviens, arrête de jouer tout seul dans ton coin, oh et puis non, reste là c'est parfait comme ca".
Tout ça finit avec "So Sorry", un nouveau martellement de basse qui nous met un bon coup de guidon dans le foie et nous laisse là, vannés mais tout de même prêts à refaire un tour dans le gouffre de Bras Mort. Tremblez mes amis, vous allez adorer la visite.

...Un clic hasardeux et magique...


Parfait   17/20
par Happy friday


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
114 invités et 1 membre :
McNulty
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...