Cop Shoot Cop

Suck City

Suck City

 Label :     Big Cat 
 Sortie :    1992 
 Format :  Mini Album / CD   

Lorsque "Nowhere" attaque, j'aurais presque envie d'évoquer un bon Killing Joke mais le truc part si rapidement en couille que la filiation n'est pas viable. Cop Shoot Cop aime trop le bruit urbain pour rester mélodique. Il faut que ça grince, que ça dérape, que les instruments se déglinguent comme une vieille carcasse qui crache ses jets d'huile à la gueule de l'auditeur. Du coup, ce titre d'ouverture semble presque incongru tant la suite de Suck City s'englue dans des structures musicales approximatives, comme autant de tranches de vie absurdes et flippantes. Samples, cassures rythmiques, bassiste en roue libre, chant à l'arrache, on est là en face de ce que l'Amérique a su produire de meilleur dans les années 90, bien loin devant le Néo Métal aseptisé que l'on a essayé de nous faire passer pour la vraie contre-culture. Les dissidents, les vrais, il faut plutôt les chercher du côté de Cot Shoot Cop.


Bon   15/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
114 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused