Man

Saint-Ouen [Mains D'Oeuvres] - jeudi 11 mai 2006

Ce soir-là, à Mains d'Oeuvres, Man propose de se livrer au petit jeu du ciné-concert en offrant une projection du Mécano De La Générale de Buster Keaton, chef-d'oeuvre du cinéma muet américain. Le parti pris est de retranscrire musicalement le parcours du personnage principal Johnnie Gray joué par Buster Keaton tout au long du film. On commence avec la scène de présentation qui pose le style particulier (à la fois burlesque et profond) du film. Les deux amours de J.Gray nous sont présentés: son train et sa fiancée pendant qu'un thème ensorcelant à la guitare ponctué de nombreux ‘bruitages à la Man' prend possession de l'espace sonore. Lorsque la guerre (de Sécession, il me semble) éclate, les hommes de la ville doivent s'enrôler. J.Gray tente de s'enrôler mais est refoulé par le shérif sous prétexte d'espionnage (J.Gray en bon mécano du train de la Générale est régulièrement amené à faire des allers-retours entre nord et sud). Incompréhension, honte peuvent se lire sur son visage impassible pendant que la musique se fait triste et impuissante. Sa fiancée va se désintéresser de ce bonhomme dont on ne veut point à l'armée. Le déshonneur.

Et c'est ça qui fait la force du film, tout au long de ses péripéties, Buster Keaton reste impassible mais arrive à toucher le spectateur à chaque fois que son histoire évolue... Et la musique suit le même cours, ensorcelante et pleine de rebondissements... De temps à autre, je détourne la tête de l'écran pour voir ce que Rasim et Charles introduisent au fur et à mesure de leur performance (mini trompette, sifflotements, bruitages au sol, basse, claviers seventies, guitare tranchante, perceuse amplifiée, etc.) tandis que J.Gray part à la recherche de sa bien-aimée (enlevée par les mecs du Nord) au risque de sa vie à bord de son fidèle train. Gags et fous rires s'enchaînent et l'idée de l'absurde de la guerre et des uniformes (J.Gray change plusieurs fois de costume, les mecs du Nord se déguisent en sudistes) s'installe. L'histoire suit son train et J.Gray, par ses maladresses et ses ‘actes de bravoure' (cf. la scène de l'épée) se révèle à la fois héros de guerre et personnage insignifiant, la musique aura plus ou moins suivi le même chemin ce soir, évocatrice et pleine de mystères tandis que le lieutenant Gray embrasse sa bien-aimée assis sur son train, laissant la marche au pas à ses petits camarades... L'honneur retrouvé.

Un grand moment de cinéma...


Parfait   17/20
par Takichan


  Note du rédacteur :
De nombreux thèmes développés lors du ciné-concert figureront dans le prochain album de Man, qui sera enregistré en juillet. A suivre...


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
120 invités et 1 membre :
Pab
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?