Bob Mould

Louvain - Belgique [Het Depot] - mardi 12 mars 2019

Bob Mould
À part l'excellent Workbook, je ne suis pas un grand admirateur de l'œuvre de Bob Mould en solo. Ce n'est donc pas vraiment l'artiste solo que je vais voir ce soir au Depot de Louvain, mais la légende indie, le leader de Hüsker Dü et Sugar, deux groupes prodigieux, dont j'adore tous les albums. Un concert-nostalgie, donc. Plus les morceaux de ses deux groupes seront nombreux, mieux ce sera. D'ailleurs, ce sont bien évidemment ceux qui font réagir le plus le public. Redécouvrir "In a Free Land", "Something I Learned Today" ou "I Apologize" est un vrai plaisir. Tout n'enthousiasme pas autant, cependant. Il m'a fallu attendre... le refrain avant de reconnaître "A Good Idea", joué vers le début du concert dans une version brute, sans nuance : un espèce de mur sonore sans aspérité, un rock monolithique, à la manière de ce qu'il propose ces dernières années. Et là, j'ai compris quelque chose : si Bob Mould me plaît moins depuis deux décennies, ce n'est pas parce qu'il a perdu son talent de compositeur, c'est parce que je n'adhère pas à son nouveau style musical. "A Good Idea", à l'origine, est un titre rock, teinté de pop, un peu groovy, tout en rondeur, qui mélange lourdeur et (relative) douceur de façon experte. "A Good Idea" joué en live en 2019 par Mould et ses deux acolytes, ça ressemble en fait à n'importe quel morceau extrait de ses derniers albums. Derrière la douzaine de morceaux, difficilement discernables aux premières écoutes, que contiennent ses récents albums, il y a donc des potentielles pépites alternatives. "A Good Idea" n'est pas la seule contrariété du concert, "Hoover Dam" en est une autre et pour des raisons similaires.

Ces commentaires par rapport au style ne concernent évidemment que moi, qui de toute façon suis né quinze ans trop tard, et qui ne se retrouve d'ailleurs pas vraiment dans l'offre rock actuelle, et dans ses sonorités. Ce qu'on peut, par contre, difficilement enlever à Bob Mould, c'est l'énergie. Très vite dégoulinant de sueurs, Bob enchaîne les morceaux sans pause, animé d'une éternelle énergie adolescente. Pas de temps pour la causette ou les discours politiques, si fréquents sur les scènes actuelles, il nous livre un show brut sans respiration possible.


Pas mal   13/20
par Rebecca Carlson


  La première partie était assurée par Styrofoam, un projet belge d'électro glitch.

Setlist:
The War
A Good Idea
I Apologize
Hoover Dam
Stand Guard
See a Little Light
Sunny Love Song
I Don't Know You Anymore
The Descent
Thirty Dozen Roses
The Final Years
Sinners and Their Repentances
In a Free Land
Sunshine Rock
Hey Mr. Grey
If I Can't Change Your Mind
I Fought
Sin King
Lost Faith
Tomorrow Morning
Something I Learned Today
Chartered Trips
>>>
Never Talking to You Again
Love Is All Around
Makes No Sense at All


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
107 invités et 2 membres
Dale
Papagui
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard