KMFDM

Antwerpen - Belgique [Trix] - mercredi 30 juin 2010

Il est près de 20h lorsque j'arrive au Trix, club dont je n'ai jamais entendu parler qui se situe à Anvers, dans le nord de la Belgique. Drôle d'idée de se produire dans un club, même si, pour le cas de KMFDM, ça ne m'étonne absolument pas. Surtout lorsque je vois la salle; c'est un peu rétro, même kitsch, mais c'est sympa, c'est ce qu'il faut pour un bon concert d'indus, pour un groupe aussi classique qu'eux.
Je vous passerai les évènements de la première partie, qui, pour moi, ne valent pas la peine: nous avons un groupe qui reprend des chansons de divers artistes (de Rod Stewart à Justice...) dans un cadre plus industrial. Je ne suis pas un grand fan, je l'admets.
Bref, après 30 ou 45 minutes de prestation, ils s'en vont après nous avoir offert deux invités de taille : Jules Hodgson et Steve White de KMFDM en personne. Pas mal pour laisser place aux maîtres.

22h, le groupe entre en scène. Konietzko arrive, ça y est. Et hop, ils lancent la machine avec un surprenant D.I.Y. qui rappelle que Skold manque, tant au niveau des voix que de sa monstrueuse basse, mais soit, ça donne quand même. Comme je m'y attendais - et l'espérais -, le groupe est d'une puissance ahurissante, et les chansons s'enchaînent de manière très structurée, ne laissant peu de temps pour souffler. Beaucoup de chansons récentes au début du concert, ce qui ne m'enchante pas, mais que j'aime tout de même, en vue de la prestation parfaite des membres (puis, il faut dire que Tohuvabohu et Blitz!, leurs deux petits derniers sonnent vachement bien, tant en live que sur disque). Ensuite viennent quelques classiques, de "Megalomaniac" à "Light", de "A Drug Against War" à "Godlike", KMFDM nous sort ses anciens tubes, ou plutôt chef-d'œuvres qui font d'eux des grands dans leur domaine.
Des chansons apocalyptiques, des samplers monstrueux avec des guitares explosives (malheureusement pas très bien mixées par l'ingé son...), deux chants surpuissants exercés par le grand Sascha Konietzko et la très charismatique Lucia Cifarelli.
Pour finir le concert, le groupe nous lance de grandes perles : "Free Your Hate", "A Drug Against War", "WWIII", "Adios" et "Godlike", en concluant par deux rappels qui feront plaisirs à tous, même si ils ne le montrent pas spécialement...
Hormis le public, qui pour moi ne représentait pas ce que certains appellent ce "sacré public belge", un très bon concert qui restera longtemps dans ma mémoire, la première fois où je vis les légendaires KMFDM.


Parfait   17/20
par Lucid Nightmare


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
103 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?