Dirty Projectors

Montréal - Canada [Théâtre Plaza] - mardi 21 juillet 2009

 Dirty Projectors
La date du 25 juin avait été annulée à la dernière minute à cause d'un accident de voiture sur la route de Detroit. Les Dirty Projectors avaient logiquement décommandé deux dates dont celle à Montréal le temps de se remettre de leurs légères contusions et fortes émotions. Seulement un mois plus tard, les voilà qui viennent se faire pardonner de nous avoir délaissés. Personne ne les attendait de si tôt, d'autant plus que leur agenda est plutôt chargé. Sous le toit du Théâtre Plaza, les Brooklynois nous gratifient pendant une belle heure de leur meilleur millésime qu'ils ont enregistré jusque là : le fameux et délicieux Bitte Orca. Alors que j'attends un départ happant avec une de ces cascades d'accords désarticulés, je tombe de haut en voyant Dave Longstreth et Angel Deradoorian se pointer pour interpréter "Two Doves" d'entrée. Mes jambes fléchissent, ma respiration s'arrête. Ce titre fait toujours en moi l'effet d'une bombe. Une bombe d'une délicatesse et d'une harmonie sans fin, qui fait exploser chacun de mes organes, les fait cesser de fonctionner. Quelle pure voix... Difficile de rebondir après une prouesse comme celle là. Néanmoins les cascades que j'attendais ne tardent pas et prennent le relais. Longstreth n'a pas perdu son touché dans le crash ni sa précision toujours aussi impressionnante. Le regard perdu au loin, les mains parcourent son manche avec automatisme et feeling. Encore un fabuleux gaucher. Il érige ses déconstructions sonores dans lesquelles évoluent les voix de sirènes de ses acolytes feminines, parfois instruments à part entière ("Remade Horizon" avec Amber Coffman et Haley Dekle fredonnant une note sur deux). Ah que j'aime ces bouts de femmes... L'alchimie est parfaite, les mariages sont splendides, les contorsions guitaristiques forcent le respect : "No Intention" avec sa pop tribale et son solo de cordes frisées, "Stillness Is The Move" et son hindip hop suraiguë... Bref toute la clique de cette musique ésotérique ethnologique et empirique (ça ne veut peut-être pas dire grand-chose mais c'est ce qu'il en sort après réflexion) avec pour cerise sur le gâteau "Knotty Pine" faite avec la collaboration de David Byrne. L'incident du mois dernier n'a pas désoeuvré ce collectif lumière, ni désuni l'alchimie entre voix séraphiques et arpèges maléfiques de trouvailles. Les Dirty Projectors sont les maîtres d'œuvre d'une des plus belles galettes de l'année qu'ils défendent à merveille sur scène. Merci d'être repassés !


Excellent !   18/20
par TiComo La Fuera


  Setlist :

Two Doves
Cannibal Resource
Remade Horizon
Ascending Melody
No Intention
Gimmie Gimmie Gimmie
Rise Above
Stillness Is The Move
Useful Chamber
Temecula Sunrise
>>
Fluorescent Half Dome
Knotty Pine


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
65 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?