Vandaveer

Bordeaux [Saint Ex] - mardi 21 avril 2009

 Vandaveer
Ah que je les aime ces anciennes caves bordelaises restaurées en salles de concert étriquées courbées sous les voûtes de pierres blanches. Le bar du Saint Ex ne déroge pas à la règle et se fait l'hôte ce soir de Vandaveer. Deuxième disque sorti récemment et pourtant l'américain continue de fréquenter les petits établissements qui correspondent au genre de huit clos que l'on attend de sa part. Avec sa sœur cette fois ci qui l'a également aidé à enregistrer Divide & Conquer. Son look et son répertoire folk un chouilla bluesy me font penser un peu à Jude. Petit gabarit, gueule d'ange mal rasé et une voix qui marque. La sienne est nasale, pincée par son accent américain, et c'est sans doute ce qui fait son charme et donne cette couleur chaude à son timbre. Mark Charles Heidinger endosse parfaitement le rôle de tête d'affiche de la soirée en discutant autant qu'il peut et confiant les habituelles remarques comme la beauté de la ville, que c'est sa meilleure date... Ca blague gentiment, il remercie chaleureusement un gars de la salle de l'accueillir pour la quatrième fois pour un passage à Bordeaux à chaque fois dans un appart différent (ce qui témoigne que ses tournées ont l'air d'être programmées avec trois fois rien). Il sourit. Cette proximité n'est pas déplaisante bien que l'on sente qu'elle est exagérée mais à la limite je pense que je préfère ce genre d'attitude qu'à un artiste avec le melon qui bâcle son set. Ce soir les choses sont bien faites. "Grace & Speed" entame la soirée dans le registre folk simple du premier LP. "Marianne You've Done It Now" donne l'étendue de sa voix lorsqu'il chante à pleins poumons, "Different Cities" fait rouler son riff rond (le deux titres mélangés pourraient donner "Suzanne" de Leonard Cohen) et "The Street Is Full Of Creeps" ravit par son americana guindé mi étouffé, mi métallique. Les titres de Divide & Conquer subissent le même traitement minimal bien qu'ils aient été davantage arrangés sur l'album mais le charme est constant. Je préfère amplement la voix superbe de la sœur en fond plutôt que les arrangements piano ou les chœurs que propose "Fistful of Swoon" qui se trouve du coup sous un bien meilleur jour. Chacune des compos de Vandaveer s'avale tout rond comme la reprise de Dylan "I'll Be Your Baby Tonight" puis pour clôturer la soirée "Hey, That's No Way To Say Goodbye" de Cohen (tiens !) qu'il interprète dans le public avec beaucoup de générosité. La générosité, tel aura été le mot de la soirée dans ce recoin retiré avec aussi le naturel du personnage et de sa musique. C'est plutôt rare que les Etats-Unis se livrent à domicile avec autant de facilité et de décontraction. Comme si on était de bons vieux amis.


Parfait   17/20
par TiComo La Fuera


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
196 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?