Wovenhand

Lausanne - Suisse [Les Docks] - mardi 09 décembre 2008

 Wovenhand
"I hear the voice of my master" chantera David Eugene Edwards sur un des titres de Sixteen Horsepower.

Et tout se résume dans cette phrase.
De Woven Hand, je ne connaissais rien, de Sixteen Horsepower beaucoup, passionnément. J'avais aussi entendu parler de prestations enflammées du groupe sur scène.
Mais je ne m'attendais pas à un tel investissement.
David Eugene Edwards est plus qu'investit, il est possédé par je ne sais quel esprit divin ou maléfique. Les yeux sont clos quand pas révulsés, la tête oscille par grands mouvements convulsifs. Son comportement est fascinant mais parfois assez flippant, donnant l'impression que le personnage n'est plus vraiment parmi nous. Sa posture assise sur son tabouret de piano est surprenante, le corps penché sur les deux micros qui livrent cette voix unique et envoûtante.
Le maître est soutenu d'un groupe qui l'accompagne parfaitement. Section rythmique d'une efficacité redoutable tant dans les passages doux que dans les parties enlevées, bassiste tout en puissance, guitariste légèrement en retrait laissant la place aux somptueux jeux d'Edwards qui passera la soirée à changer d'instruments, différentes Grecht plus belles les unes que les autres, banjo, accordéon.

Musicalement, le mélange de ce folk-bluesy si caractéristique de leur musique et d'un rock plus dur ne fait que renforcer leurs morceaux. Le groupe pioche aussi à plusieurs reprises dans le répertoire de 16 Horsepower à mon plus grand bonheur. Les espaces entre les titres sont systématiquement comblés par des nappes de synthés vaporeux, mystiques, Edwards démarrant presque toujours les morceaux par des longs monologues mi-contés mi-chantés.
Le dernier titre (3ème morceau du rappel) verra le groupe exploser de toute sa puissance, soutenu par un public conquis depuis bien longtemps mais je crois (vu les minois ébahis, le sourires béats) surpris par tant de puissance et de charisme.

En deux heures de concert David Eugene Edwards et ses compères ont réussis à graver dans ma mémoire l'une des plus belles (et plus étranges) prestations scéniques à laquelle j'ai eu l'occasion d'assister.


Excellent !   18/20
par Shiboome


  Photo par Shiboome.


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
132 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus