Seal Of Quality

Affective Design

Affective Design

 Label :     Kythibong 
 Sortie :    mardi 03 mai 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Seal Of Quality. Moi ça m'évoque les autocollants, les presque hologrammes dorés qui ornaient les boîtes de mes jeux NES (oui j'ai toujours été plus Nintendo que Sega), à un moment je pensais que seuls les bons jeux avaient le droit d'apposer cet autocollant, mais j'ai vite déchanté...

Ce terme m'est revenu en tête d'un coup quand j'ai vu ce nom sur une affiche, le type jouait le même soir que Besoin Dead dans un bar Nantais, une bonne occase de voir du bidouillage de GameBoy en live. Oui car je ne vous l'ai pas encore dit, mais Seal Of Quality est un adepte du Chiptune. Après un live épatant, voilà que notre ami sort un nouvel album, Affective Design, que je m'empresse de glisser dans mon mange disque.

Contrairement à pas mal de gars (ou de filles) qui font du chiptune, ici on est jamais dans la démonstration, ou dans l'overdose de Clicks & Cuts, là c'est plutôt traité comme un instrument normal si je puis dire, faut bien sûr ne pas être allergique aux sons synthétiques. Je peux comprendre que certains ne les tolèrent qu'une manette à la main, mais je vous assure, ça marche aussi avec une bière, écoutez le punky "Memory Fail", tout est au service de la chanson, transposez ça avec un power trio & une basse/batterie si vous voulez, les morceaux perdront de leur authenticité au passage, mais pas de leur impact ou de leur force. On est vraiment pas là dans la prouesse ou la démonstration (même si c'est fortiche ce qu'il crée) mais dans un vrai recueil de chansons addictives ("Candid Occasion", "Ricochet", l'appel à la démence "A Fading Sky") un peu régressif quelque part, mais cela n'a rien du plaisir coupable, c'est d'une créativité hors norme, de quoi vous coller le sourire pour la journée. "Deceiver" dernier titre de l'album, moment de bravoure un peu new wave, un peu math-rock, très pop, épique, le p'tit jésus en culotte de pixels.

Avec ce genre de musique, de one-man-band, on est parfois (souvent ?) déçu quand on découvre le boulot sur disque après avoir pris une petite claque en concert. Avec cet album, c'est la même. Scotché, indécis entre l'envie de rebrancher sa vieille console et celle de trouver un concert punk là, tout de suite, je crois qu'on peut dire que c'est un p'tit mec à découvrir sur scène ET sur disque.
Qui sait, ça pourrait réconcilier certains frileux avec les sons 80's ?


Bon   15/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
223 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les téléchargements et vous...