Michel Cloup (Duo)

Ici Et Là-bas

Ici Et Là-bas

 Label :     Ici D'Ailleurs 
 Sortie :    vendredi 01 avril 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Après Notre Silence en 2011 et Minuit dans tes bras en 2014, ce troisième album du prolifique Michel Cloup nommé Ici et là-bas, est, comme ses prédécesseurs, une réussite. Pas de changements majeurs à noter, on retrouve toujours cette faculté à faire de chaque chanson un petit film intimiste et captivant. Le départ du batteur Patrice Cartier aurait pu s'avérer être un tournant difficile à gérer mais son remplaçant Julien Rufié est tout aussi bon. La batterie est donc autant présente et mise en valeur. Elle répond parfaitement à la guitare baritone agrémentée de pédales à effets et loop pour un résultat entre pop rock et noise sublime et reconnaissable entre mille. La voix profonde et le phrasé particulier de Cloup par-dessus créent un mélange d'intensité et douceur sublimé par des paroles hypnotiques et introspectives. Les thèmes abordés sont la transmission, la famille ou la quête de sens, en relation totale avec notre époque complexe. Parmi les 11 titres du disque, on retrouve du Michel Cloup (duo) classique et efficace avec "Qui suis-je" "Animal Blessé" et "Séparer" mais aussi quelques nouveautés. Il y a par exemple ces sublimes morceaux très épurés et linéaires sans batterie, sur des guitares rappelant des choses plus inhabituelles comme le post rock contemplatif de Mogwai ou Explosions in the sky : "D32W" ou l'excellent "Deux minutes vingt-cinq". "Une adresse en Italie" est une lettre lue d'un fils à son père sur des belles nappes sonores de 14 minutes revenant sur la destinée familiale ; c'est archi-cinématographique et à la fois bouleversant et rare.

Et puis comme avec "le cercle parfait" et "Nous vieillirons ensemble" sur les albums précédents, il y a un futur classique du rock français où excellence musical et talent littéraire se rencontrent. "La classe ouvrière s'est enfui" ce morceau évident que peu de musiciens savent écrire au final. Avec ses paroles profondes où Michel Cloup injecte des images fortes dans votre cerveau. "J'ai rencontré cet homme âgé qui travaille toujours à l'usine. Il m'a dit : tu sais il reste encore des ouvriers mais il n'y a plus beaucoup de classe, tout en haut et en bas. Plus aucun sentiment d'appartenance, ils nous ont tous peu à peu laminé. Il reste encore des ouvrier mais plus grand-chose de nos valeurs. On a toujours tenu la barre, on s'est toujours serré les coudes. Ils nous ont tous abandonné. Ils parlent de fermer la boutique mais tu sais cette faillite n'est pas économique elle est humaine."

Alors certes, certains diront que Michel Cloup aborde tout le temps des sujets tristes, difficiles et que ce n'est pas facile d'accès. C'est effectivement sombre et ça parle de nous sans filtres ni tabous, mais peu d'artistes ont cette capacité à vous faire réagir justement. Sa discographie mérite vraiment qu'on s'arrête dessus avec attention. Au passage, ne le ratez pas sur scène, c'est aussi un immense performer...


Parfait   17/20
par X_Plock


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
302 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?