Gamine

Voilà Les Anges

Voilà Les Anges

 Label :     Barclay 
 Sortie :    1988 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Le groupe bordelais Gamine s'est distingué durant les années 80 par une pop rock chantée en Français, aux influences 60's, de grande qualité.

Coincés entre les énormes Téléphone et Noir Désir, ils ne connaitront cependant jamais le succès espéré. A l'instar des talentueuses Calamités avec leur titre "Vélomoteur", on leur collera même pendant des années le réducteur sobriquet de "One hit wonder", pour le single radiophonique : "Voilà les anges".

25 ans après leur séparation et pendant que ces guez de Stars 80 cachetonnent dans les zéniths pour récupérer quelques trimestres de retraite, des gars sûrs comme Etienne Daho ou Romain Guerret d'Aline vont réhabiliter Gamine en les citant comme influence. Ils rappellent régulièrement dans leurs interviews qu'ils furent bien plus que le groupe d'un seul tube, mais bel et bien une formation essentielle dans l'histoire de la pop française. Un juste retour tardif qui motive aujourd'hui aussi leur indispensable référencement sur XSilence.

C'est après plusieurs années à écumer avec succès les scènes du sud-ouest et quelques 45 tours, que cette bande de copains sort en grande pompe sur la major Barclay Voilà les anges emmené par ce single éponyme, qui sera donc très bien classé au Top 50 de Marc Toesca (salut les ptis clous). Si ce titre, plutôt correct, reste le plus connu, les 10 autres méritent tout autant qu'on s'arrête dessus.

Sur le premier morceau "Etre Roi", le chanteur Paul Félix Visconti et ses acolytes annoncent la couleur ; un gimmick de guitare très british, une rythmique rock, un refrain et des chœurs qui restent en tête ; la barre est placée haute. On comprend vite pourquoi ce groupe est devenu culte. Le très bon background de ses passionnés est mis en exergue sur la sublime reprise du chanteur britannique Kevin Ayers : "May !?". Les paroles poétiques tournent beaucoup autour des rencontres amoureuses et les guitares soignées évoquent énormément les Byrds sur des titres comme "L'autre", "Les gens sont si bizarres" ou "Nos sentiments". Egalement reconnus pour leurs prestations scéniques, les membres de "Gamine" savaient aussi aborder avec talent un style bien plus punk rock comme sur le très réussi "Koelkast" chanté lui en anglais. Le nostalgique et "Smithien" "Dress Up" montre une autre facette d'un combo décidément au grand potentiel.

Voilà Les Anges n'a pas vieilli grâce à ses arrangements simples et soignés. Cet album reste un émouvant témoignage d'une époque où la scène française était beaucoup moins structurée. Le passage de l'ombre à la lumière était dicté quasi uniquement par les grosses maisons de disques et les passages en radio. Sur le second album complétement raté "Dream Boy", le groupe cherchera à retrouver le succès grisant d'un single populaire et y perdra sa naïveté et son charme. Les ventes désastreuses entraineront leur séparation. Paul Félix le leader n'était sans doute pas fait pour cela de toute façon. Il partira s'isoler durant 20 ans dans un temple bouddhiste près de Clermont-Ferrand après la séparation du groupe. Drôle d'histoire, drôle de chose que le destin quand même...


Excellent !   18/20
par X_Plock


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
435 invités et 2 membres
Zebulon
Thebluegoose
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :