John Garcia

John Garcia

John Garcia

 Label :     Napalm 
 Sortie :    vendredi 25 juillet 2014 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Petite présentation d'usage, au cas ou les trois du fond n'aurait pas suivi. John Garcia est LA voix du stoner, sans aucune contestation possible. Chanteur du plus que mythique groupe californien Kyuss, puis par la suite des tout aussi excellents qu'éphémères Slo Burn et Unida, et enfin d'Hermano, et de Vista Chino ces dernières années. Sans compter un nombre colossal de collaborations avec Karma To Burn, Danko Jones ou bien encore Orange Goblin. Ça vous pose un homme, ce genre de cv.

Mais depuis quelques années, le chanteur nous promettait un album solo, longtemps connu sous le nom de code Garcia vs Garcia. Alors que plus grand monde n'y croyait encore, en 2014, le Chinese Democraty du stoner (n'ayons pas peur des mots) arriva enfin dans les bacs. C'est donc avec un mélange de fébrilité et d'excitation qu'on écoute pour la première fois l'objet tant convoité. Et autant le dire de suite, il nous as bien gâté le bougre. Il nous offre tout simplement le disque qu'on attendait de lui, une sorte de best-of de toute sa carrière, mais avec seulement des inédits. Un beau cadeau, aussi bien pour le fan transi que pour l'amateur du genre, tant le travail respire ici la qualité.

La première écoute donne la curieuse impression que tous les morceaux nous sont déjà familiers. Pourtant, chacun fait mouche et rappellera à l'auditeur, au fil des écoutes, les différents groupe du monsieur, même si l'ensemble est plus proche de ce qu'il a pu faire avec Hermano ces dernières années. Après un ‘My Mind" qui aurait très bien pu figurer sur un des albums du groupe précédemment cité, vient la première claque de l'album avec "Rolling Stoned", la reprise des Black Mastiff, qui parvient à coller des frissons grâce à sa mélodie fantastique. La suite est à l'avenant, l'on navigue entre les univers du chanteur californien avec un plaisir toujours intact. "Flower", "5000 miles" ou "The Blvd" sont autant de bons morceaux, qui à défaut d'être marquants se révèlent assez addictifs, et dont regorge cet album. On trouve même avec "All These Walls" une reprise d'une vieille démo de Slo Burn, livrée ici dans une version plus en accord avec le son des derniers groupes de John Garcia, et avec Nick Oliveri en guest. Et le sieur va se faire plaisir jusqu'au bout avec ce premier disque solo. Il va inviter une de ses idole à venir jouer sur le "His Bullets Energy" final, à savoir le légendaire Robby Krieger des Doors, pour un morceau plus calme que le reste du disque.


Faute de surprise, on ressort de l'écoute de ce premier effort solo de John Garcia avec le sourire. Une suite serait prévu, on espère juste ne pas attendre encore six ans avant de pouvoir écouter à nouveau ce géant du désert.


Parfait   17/20
par El rodeo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
243 invités et 1 membre :
Pab
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus