Zebras

The City Of Sun

The City Of Sun

 Label :     Secret Records Limited 
 Sortie :    mardi 22 septembre 2015 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Zebras nait en 2007 à Madison dans le Wisconsin aux USA. Le groupe rapidement devient un trio: un chanteur guitariste, un batteur et une synthétiseuriste! Jusqu'en 2012, date de leur second album, leur musique est une noise-rock féroce et sombre typique du label américain Amphetamine Reptile Records. Très incisif donc, avec une forte influence de The Jesus Lizard, et rappelant parfois le Today Is The Day de la même époque ou Six Finger Satellite pour le mélange noise-rock plus électronique. L'album est composé de morceaux déjà très maîtrisés et contient quelques claques bien senties à la sauvagerie rentrée.

Trois ans plus tard, un nouveau disque arrive, ce "The City of Sun". Et un changement de style pour le groupe! Pas non plus un virage ultra radical mais tout de même... Le son s'est épaissi, il s'est même métallisé. Les curseurs d'intensité sont poussés aux max et on obtient une collection de dix morceaux furieux, sauvages et puissants. Dix lourdes mandales, sans compromis, qui convoquent tout ce qui s'est fait dans le genre au cours des années 90. Car oui, leur son a beau avoir évolué, on reste toujours dans cette même décennie. A ceci près que maintenant nos zèbres enragés nous propose une formule à base de hardcore et de métal. Et ça fait mal. Un mélange parfait entre le thrash métal de Slayer, le métal hardcore de Deadguy et le post-hardcore de Breach.
S'enchaînent des morceaux tous plus tubesques les uns que les autres, directs, sans fioriture, dans un format punk bourrin sans temps mort. La guitare te sort tous les riffs du genre les plus classiques mais dieu que c'est bien fait, que c'est bon! Un coup à se péter les cervicales tant la musique est intense et y va franco. Le son dense et la rage du chant en rajoute encore au mouvement. Souvent la guitare prend des accent métal et vient rajouter de l'énergie au son post-hardcore lourd et plein. L'énergie alliée à la puissance; le résultat est redoutable, imparable, autant pour le fan de métal que pour l'amateur de post-hardcore. Dans tous les cas, on s'en prend donc plein la tronche et ce délire masochiste est, il faut le dire, orgasmique!
Le premier morceau "Hollow Earth" annonce la couleur de ce mélange thrash métal VS post-hardcore. L'équilibre et la maîtrise sont parfaits! On pense alors au récent groupe Oozing Wound qui a fait quant à lui son fond de commerce de ce mélange. Plus loin, on ne résiste pas non plus à un "The Garden" qui rocke comme pas possible et on jurerait entendre Ken Mode. "Vitrified" et son synthé en mode orgue gothique évoque une messe noire au sein de laquelle serpente une guitare anguleuse et matheuse bien vicieuse. Tout ça n'est pas vraiment très rigolo... Mais après tout le Wisconsin c'est aussi la patrie de Die Kreuzen, groupe de hardcore méchant de chez méchant du début des années 80, donc bon...rien d'anormal!

Au bout du compte, "The City of Sun" marque par son intensité et par son immédiateté. On pourrait craindre que cette dernière qualité amène une lassitude à long terme. Mais pas du tout. C'est le genre de disque qu'on peut sous-estimer à cause de son classicisme, de sa simplicité, mais qui au final nous accroche malgré tout et devient attachant par l'affirmation claire de ce qu'il propose: tout le disque évolue dans la même matière sonore et dans la même tonalité. C'est un tout hyper homogène, une musique dont les trois musiciens maîtrisent à mort les codes et ce qui en ressort donc est d'une grande évidence, d'une grande puissance.
Le disque est disponible en CD et vinyle sur le bandcamp du groupe, en autoproduction via le propre label du chanteur guitariste.


Excellent !   18/20
par Pab


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
328 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?