Savages

Adore Life

Adore Life

 Label :     Matador 
 Sortie :    vendredi 22 janvier 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

C'est plus ce que c'était. J'me souviens d'une époque où l'on achetait un disque sans l'avoir écouté avant, soit par l'attrait de la pochette, soit par une élogieuse critique dans un magazine, on découvrait un disque le jour de sa sortie. Maintenant, enfin depuis quelques années plutôt, on nous dit que c'est la crise du disque, la faute au téléchargement (il)légal qu fait que les méchants pirates n'achète plus de disque blablabla, et dans le même temps on nous montre par A+B que le marché du vinyle ne s'est jamais aussi bien porté, mais c'est une autre histoire. Du coup les groupes se voient presque obligé de rendre évènementielle la sortie d'un nouveau disque, en teasant à tout va avec des bribes de séances d'enregistrements, des extraits plusieurs mois à l'avance, des clips etc. Vous me direz comme ça on ne prend plus le risque d'être déçu par un album, au prix que ça coute ces rondelles de plastique ou de cire ma bonne dame, il faut ce qu'il faut.

Savages n'échappe pas à ce nouveau mode de fonctionnement, quasi obligatoire aujourd'hui. Assénant un sévère "The Answer" en octobre dernier, suivi de "T.I.W.Y.G." & enfin "Adore", on se dit qu'on cible bien l'album, trois titres sur dix, vu le passif de ce groupe (Ep live, premier album réussi, cover de Suicide et j'en passe), on part sur de bonnes bases et ce disque a tout pour plaire, malgré sa pochette hommage à Amel Bent. C'est bien beau de supputer, mais que vaut il vraiment ce disque dans son intégralité ?

On le sent moins instantané que Silent Yourself, autant pour nous que pour elles. Moins dans l'urgence, plus réfléchi dans sa construction, Adore Life reflète sans doute les heures de composition, de recherche sonore & d'ambiance ("I Need Something") alors que le premier sentait plutôt les titres travaillés sur scène puis posés sur disque (ceci n'est que mon ressenti, je me plante peut être dans les grandes largeurs). Le fait qu'il soit moins immédiat le rend il pour autant moins bon ? Si je reste sur mon impression sur les deux albums, ces titres sont construits pour la scène, pensés pour prendre corps en live, et l'album ne serait que le support imposé, qui ne rend pas forcément justice à certains titres. "When In Love" par exemple a clairement du potentiel, mais elle ne rend pas justice à la puissance supposée du titre. "Surrender", avec son intro s'approchant de Disappears mais s'en éloigne au gré des secondes, pour presque décevoir. L'album est en dent de scie, car elles balancent tout avec "T.I.W.Y.G" qu'on connaissait déjà, en pleine bourre avec le duo basse/batterie qui détruit tout sur son petit chemin qui ne sent pas vraiment la noisette, plutôt la châtaigne qu'on se prend avec ce titre qui sauve presque l'album à lui tout seul.

Bon, il est grand temps de faire le point (levé). Je vais pas vous faire le coup de la difficulté de réussir un deuxième album & ce genre de billevesée, ça n'aurait aucun sens. Je ne peux pas non plus dire que c'est un disque raté, car il contient tout de même son lot de bons moments, mais on sort de l'écoute d'Adore Life un brin frustré, il n'y a pas le petit déclic qui fait les grands albums. Mais je leur accorde volontiers le bénéfice du doute, ces chansons, tout comme ces brins de fille sont faites pour la scène, pour vivre entre la sueur & les smartphones qui veulent capturer le moment au lieu de le vivre, ce serait en quelque sorte une base de travail pour le live, pour que ces titres grandissent, explosent et renaissent au grand jour des salles sombres. J'en fais le pari.


Bon   15/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
106 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?