Heavenly Bodies

Celestial

Celestial

 Label :     Third Mind 
 Sortie :    1988 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Il est des voix dont on ne sait pas grand chose, mais qui ne vous lâchent plus une fois que vous les avez entendues. Ces voix sans visage ni histoire, on en trouve beaucoup sur les disques de This Mortal Coil. Qui connaît les autres enregistrements de Louise et Deirdre Rutkowski ? Qui avait entendu parler du groupe Cindytalk et de son chanteur Gordon Sharp avant "It'll End In Tears" ? L'album suivant, Filigree And Shadow, m'a donné envie d'en savoir plus sur l'interprète du morceau qui ouvre l'album, "The Jeweller" : Dominic Appleton, leader du groupe Breathless. Et en clôture de Filigree And Shadow rayonne sur "Red rain" le chant de Caroline Seaman, qui illumine également la reprise du "Alone" de Colin Newman. A la fin des 80's, savoir que je pouvais entendre cette voix sur toute la longueur d'un album me suffisait pour l'acheter. C'est ainsi que j'ai fait l'acquisition de Celestial, via la vente par correspondance alors assurée par Danceteria. Sans savoir que derrière Heavenly Bodies se cachait un duo d'anciens membres de Dead Can Dance première mouture : Scott Rodger et James Pinker. Pas surprenant dès lors de constater que le disque aurait parfaitement trouvé sa place dans le catalogue du label 4AD. Sur "Cavatina", comme sur les instrumentaux qui ouvrent et ferment l'album, on jurerait entendre le piano de Harold Budd. Celestial s'autorise aussi un détour par la world music façon Dead Can Dance avec "The Icon", à base de percussions ethniques, et "Road To Maralinga", magnifié par un didgeridoo. Enfin, les morceaux chantés évoquent les Cocteau Twins période Treasure : basse profonde, guitares réverbérées, boîte à rythmes implacable... et bien sûr la voix tantôt angélique, tantôt ensorcelante, de Caroline Seaman.


Très bon   16/20
par Missingboy


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
194 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...