Jack The Ripper

I'm Coming

I'm Coming

 Label :     Le Village Vert 
 Sortie :    dimanche 24 mars 2002 
 Format :  Album / CD   

Les français de Jack The Ripper démontrent avec ce "I'm coming" une personnalité vraiment affirmée et originale. Oscillant entre atmosphère victorienne, salle enfumée de cabaret allemand, violons tziganes, ou anarchie frénétique, un sentiment de claustrophobie, de folie s'empare progressivement de l'auditeur, comme une plongée au cœur de ruelles étroites des bas-fonds londoniens, éclairées par les seules enseignes de quelques bars de mauvaise réputation.

Jack The Ripper semble également vouloir entretenir le mystère : line-up non détaillé (compositeur solo ?) hormis les guests, pochette et paroles conçues comme le carnet intime d'un individu bien tourmenté, chant bien identifiable en anglais mais aussi en allemand ou français... Violon, trombone, accordéon, orgue, guitares sont utilisés de manière alternée, discrète et efficace et concourent tous à l'élaboration d'ambiances vraiment troublantes, lumineuses ou angoissantes selon l'humeur.

De cet album, on retiendra tout de même principalement les morceaux les plus contrastés : "Escape", "A Portrait's Gallery" et "Martha" en tête, car à force de vouloir laisser le temps aux compositions de distiller leur charme ambigu, l'intérêt s'émousse un peu, et la deuxième moitié de l'album surprend moins. Heureusement, "Party In Downtown", aux guitares saturées et voix belliqueuses, vient à point nommé en fin d'album pour remuer le corps et l'esprit, sans dénaturer le style général.


Sympa   14/20
par Chtif


 Moyenne 16.25/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 15 avril 2005 à 16 h 50

"I'm Coming", second album du groupe Jack The Ripper, est un petit bijou de poésie et de mélancolie.
Dès les premières notes de "La Femelle Du Requin", on se retrouve plongé dans une atmosphère mystérieuse, sombre, un peu inquiétante même...
Puis la voix du chanteur vient rapidement nous envoûter définitivement pour tout le reste de l'album.
Les morceaux sombres et dramatiques comme "A Portrait's Gallery" ou "Hamlet Song" cotoient des titres plus lumineux comme "Escape" ou "The Astronaut Of Her Majesty"...
Un album plein d'émotions donc, une musique intemporelle (quoique volontairement un peu rétro je pense), et un côté théatral assez captivant !
Un seul regret pour le moment, l'impossibilité de voir ce groupe se produire sur scène... un GRAND moment sans doute...
Très bon   16/20



Posté le 20 février 2006 à 23 h 25

Jack The Ripper, drôle de nom. On s'attendrait à quelque chose de plus aggressif ! Surprise, cet album (le deuxième) commence doucement, avec une mélodie, et une voix presque chuchotante, une batterie presque effacée ... "La Femelle Du Requin" (le nom de cette première chanson) prend peu à peu de force, en restant mélodieuse et douce. Voilà, on se voit parti dans 7 minutes de calme ... Aaaah ... Sans s'en apercevoir, les minutes défillent, on en veut plus, on en veut encore ! Bizarrement cette chanson me fait penser à "Blow" de Ghinzu, dans le même déroulement.
Ensuite, on continue la ballade avec "Escape", magnifique aussi (et même plus encore que la première), on a envie de se la repasser en boucle. On sent que ces petits francais regorgent de talent !
Et pourtant, ce n'est que le début de I'm Coming ! Le reste est aussi beau, complet, attachant, enfin tout ce que vous voulez !

Ils méritent de rentrer à leur tour dans la légende, comme Jack l'éventreur.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 04 septembre 2006 à 21 h 00

Avant d'avoir écouté Jack The Ripper en concert, j'avoue ne pas m'être suffisamment intéressée à leur musique jusqu'à ces dernières semaines...

I Am Coming est un album riche et prenant, où les violons se mêlent comme une fumée majestueuse au chant d'Arnaud Mazurel, dont les prestations scéniques sont presque devenues audibles sur cette galette.
Beaucoup d'émotions m'ont submergée lors de l'écoute de ce très bon disque, peut-être parce que j'avais en mémoire les visages des musiciens, et que, dans ma tête, se formaient des images pour habiter la musique, mais qu'importe, nul besoin de se faire un film, il suffit de se laisser bercer...
Sur "Escape" notamment, où l'on se retrouve plongé dans les ruelles du vieux Londres, là où Jack The Ripper a perpétré ses crimes...
Ou encore sur "Portrait Gallery" dont le meurtre est conté de façon poétique.
Avec toujours cette violoniste, complice, qui accompagne parfaitement chaque mélodie, comme une arme dans la main du tueur. Je ne m'épancherai pas sur la guitare, la basse, la batterie, le piano, qui loin d'être mauvais ou ennuyeux, ont plus de mal à m'arracher une larme ou un sursaut. Une trompette, superbe, interviendra de temps à autre, légère et désespérée.
"Feral Buddleia" tout simplement sublime se passe de commentaires, écoutez-le, vivez-le.
Mazurel est un bon chanteur et surtout un bon comédien, les notes sortent de sa bouche, costumées, souffrantes, fumantes et vous emportent dans une danse macabre, là où l'humain en bonne santé mentale se retrouve confiné dans un cercueil musical des plus tristes et des plus beaux.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
118 invités et 1 membre :
Pab
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard