Danzig

Circle Of Snakes

Circle Of Snakes

 Label :     Regain 
 Sortie :    mardi 31 août 2004 
 Format :  Album / CD   

Après le virage stoner entamé sur I Luciferi, un coup d'œil à la pochette de ce Circle Of Snakes semble indiquer que Danzig renoue avec ses vieux démons : changement de logo, plus agressif, retour des couleurs sombres et de l'imaginaire de H.R. Giger, ça sent le soufre avant même d'écouter la galette. Cette première impression visuelle est immédiatement confirmée par les deux premiers titres, "Wotans Procession" (qui est plutôt une introduction instrumentale) et "Skincarver", qui sont sans doute ce que Danzig a composé de plus lourd et de plus sombre. Les riffs sont puissamment épais, écrasants et je suis obligé de revoir le réglage des basses tant cela vibre. Si tout le disque est de ce tonneau, on a peut-être là la quintessence de l'art noir selon Glenn.
La cadence infernale annoncée n'est pas toujours tenue, les morceaux excellents (à l'image du lugubre "Skull Forrest" ou du heavy thrash "Hellmask") alternant avec des choses un peu trop mélodiques comme le doublé "Circle Of Snakes", "1000 Devils Reign". Je ne peux pas vraiment dire que je suis déçu, ayant toujours trouvé les albums de Danzig inégaux mais j'apprécie néanmoins la prise de risque. Déjà parce que Danzig parvient à réinventer son style de prédilection : il modernise (en l'occurrence, il durcit et Satan sait qu'il est dur de partout Glenn) ses compositions qui restent dans une veine très heavy (les putains de riffs de "When We Were Dead" ou de "My Darkness") satanique loin des guignolades sur les dragons, un genre qu'il est peut-être le seul à pratiquer et qu'un groupe comme Ghost remet au goût du jour. Ensuite parce qu'il n'hésite pas à insérer quelques grosses cavalcades rythmiques typiques du thrash, avec double pédale, ce qui donne une excellente dynamique à l'ensemble. Enfin parce que Glenn joue pleinement de l'atypisme de sa voix de crooner mal embouché et que le paradoxe créé avec l'obscurité musicale atteint ici une forme de perfection.
S'il m'a fallu des années pour apprécier Danzig à sa juste mesure, je suis convaincu par Circle Of Snakes dès la première écoute. Cet album est une mine de guitares plombées, de refrains superbes, d'ambiances crépusculaires, bref de tout ce qui fait un bon album de métal au sens noble du terme. Si je devais avoir un seul petit regret, c'est de ne pas avoir droit à une ballade du genre "Sistinas" sur Danzig III : How The Gods Kill. Un comble !


Très bon   16/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
319 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques