Gong

Angel's Egg

Angel's Egg

 Label :     Virgin 
 Sortie :    décembre 1973 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Voilà on y est, il est enfin ici le collectif d'allumés qui illumina mes tendres années, celui qui était de tous les rassemblements festifs et qui ne s'arrêtait de jouer que lorsque l'organisateur rallumait les lumières de la salle pour que cela stoppe enfin, avec le public entassé sur la scène. Habitué du circuit des MJC de la grande époque il était une respiration enthousiaste, entre le Magma incandescent et le clinique Soft Machine, avec la prêtresse Yoni au service thé au milieu des bardes babas sur light show lysergique.

Pour la petite histoire après une tournée en France en 1967, le citoyen australien Daevid Allen, guitariste du premier Soft Machine, n'obtiendra pas la permission de rentrer en Angleterre avec ses collègues... Bloqué en France, il fonde Gong.
Pour la grande histoire, après le Camembert Electrique puant de 1971, le groupe va nous balancer la trilogie Radio Gnome Invisible qui de Flying Teapot à You va bien nous faire bien planer.
Et je commence par mon petit préféré : Angel's Egg ; chacun de toute façon y trouvera son bonheur vu que l'on écoute ces sucreries planantes depuis maintenant 40 ans et on n'a pas fini de s'en lasser vu que dedans y'a à boire (beaucoup de thé épicé) et à manger (pas mal de champis).

1973, année faste qui verra du Berlin de Lou Reed au Dark side... de Floyd, du Quadrophenia des Who au The lamb... de Genesis un rock qui penche vers la grosse tête alors que les 45:15 de ce disque nous emmène vers une poésie cosmique drôle et légère.
Nous sommes en décembre 1973, donc, et ils ont déjà sorti le Teapot en mai, braves garçons, et depuis l'arrivée de la guitare superbe de Steve Hillage et des synthés de Tim Blake puis des percus des Moerlen et Bauer ça commence à voler haut sur les parties instrumentales.
Bien sûr tout le monde le sait You est considéré comme le plus abouti avec ses envolées monstrueuses et inspirées que se payent de concert Hillage, Howlett, Moerlen et Malherbe, faisant du collectif Gong un Mahavishnu Orchestra miniature plaisant et décalqué, mais ici les délires étalés de 10mn ne sont pas au programme et c'est bien de morceaux qu'il s'agit s'enchainant en un ensemble particulièrement équilibré.
Dés le premier titre, en une longue montée hallucinante, le groupe pose l'ambiance et va nous inviter à le suivre dans une suite de tableaux qui va culminer avec un magnifique "Prostitute Poem" ou les superbes "Outer & Inner Temple".
Entre antennes de lutins et space-rock la planète Gong vous accueille et tout au long de ces 14 plages le Bloomdido aux cuivres va vous régaler. A noter aussi le travail de Pierre Moerlen, un des plus grands batteurs que nous ayons eu (quelle caisse claire!).
En voilà un truc qui a traversé le temps et bien que fortement connoté 70's mais tellement humoristique, psychédélique, mystique et éclectique, cette formation légendaire propose encore de nos jours des concerts lors de véritables festivals de la famille Gong. A suivre donc si ça passe prés de chez vous...


Intemporel ! ! !   20/20
par Raoul vigil


  Enregistré en Aout 1973 in France par Le Manor Mobile.
Petit personnel présenté sur le disque :
Dingo Virgin – local vocals, aluminium croon, glissando guitar, Bloomdido Bad De Grass – ten/sop sax, floot, bi-focal vocal, Shakti Yoni– space whisper, loin cackle, T. Being esq. – basso profundo, Sub. Capt. Hillage – lewd guitar, Hi T. Moonweed – Cynthia "size a", lady voce, Pierre de Strasbourg – bread & batteur drums, vibes, marimba, Mireille de Strasbourg – glockenspiel


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
355 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


The Arcade Fire
Arctic Monkeys
Baby Shambles
Clap Your Hands Say Yeah !
Dionysos
I Am X
Interpol
Mogwai
Placebo
Radiohead