Delicate Steve

Positive Force

Positive Force

 Label :     Luaka Bop 
 Sortie :    mardi 15 mai 2012 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Fermez les yeux. Imaginez un voyage au bord d'une plage infinie, imaginez les harmonies les plus colorées qui soient, imaginez une guitare chanteuse à en réveiller le fantôme George Harrison. Maintenant, ouvrez les yeux et vous pourrez voir une des plus belles pochettes d'album de l'année.

Alléchant, pour sûr ! Steve Marion, aka Delicate Steve (le bien-nommé) sur son deuxième album, se la joue one-man-band, ajoutant les percussions et le piano à sa fidèle guitare. Car de base, Steve est un guitariste, et pas un manche ; ses albums ne sont à proprement parler que des mélodies de guitares qui se superposent par overdub en harmonies solaires. Pour parler directement, c'est probablement un des seuls guitaristes actuels capable de placer des lignes de guitare à la place des lignes de chant, le tout en réalisant un bon album. Mais peut-être faut-il préciser que son jeu aérien rappelle les plus grands moments de George Harrison ("Someting", "While My Guitar Gently Weeps", la ressemblance est frappante), et que sa guitare chante probablement bien mieux que bien d'autres chanteurs. Écoutez pour preuve "Wally Wilder" ! Si vous ne vous mettez pas à sourire bêtement, je baisse les bras.
Positive Force : le titre dit tout. Pas une once de mauvais sentiment, pas de baisse d'humeur ni de bouffée de cafard... pas le genre de gars à aller se boire une pinte avec Antony Hegarty, m'est avis. Le disque n'est qu'accords majeurs et motifs sautillants délivrés par des cordes par milliers. Guitares électriques, sèches, acoustiques, steel, basses, banjos, ukulélés, j'en passe et des meilleurs ! "Ramona Reborn", "Redeemer", "Positive Force", autant de bons moments passés à accompagner les trop rares jours ensoleillés.
Seul bémol : trop de bonheur tue le bonheur. Pour peu que certains titres baissent un peu d'intensité, on se retrouve à se sentir décalé au milieu de tant de joie aveugle... Pas évident de rester dans l'état d'esprit idéal pendant les 36 minutes du disque.

Le tout est signé sous Luaka Bop, le label du génie protéiforme David Byrne. Et qu'est-ce qu'on dit quand quelqu'un nous offre l'avant-goût d'un été perpétuel ? Merci - et chapeau - l'artiste !


Bon   15/20
par X_Wazoo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
130 invités et 1 membre :
McNulty
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...