Connan Mockasin

Forever Dolphin Love

Forever Dolphin Love

 Label :     Because Music 
 Sortie :    lundi 28 mars 2011 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

A peine son décès a-t-il été déclaré que le jeune garçon, sans un clignement d'œil préalable ni même un frisson, ouvre les yeux perçant les brumes qui s'étaient mises à l'entourer. Il a une allure tout à fait commune, si ce n'est banale. Une particularité est peut-être ses cheveux dont l'éclat terne et la splendeur incertaine évoque une choucroute qui aurait mené tristement bataille. Son visage quant à lui ne laisse rien dépasser. Une bouche figée, un regard lointain, la coquille paraît vide. L'âme a déjà quittée le navire ou ne trouve plus le chemin du retour. L'atmosphère moite et austère qui poursuit son entreprise sécrète une clameur sourde venant rosir les joues de ce que l'on prend pour d'autres rescapés. Des notes de basses cavalent sans tête alors que des voix de têtes les chevauchent. Le rythme asticote lorsque la clameur ne s'englue pas dans des mélasses de guitares floydiennes noyées sous leurs propres échos ("It's Choade My Dear") et n'écope pas de grosses notes engourdissantes et vitreuses. Si la vision de ce petit théâtre de l'effroi sinueux n'est pas bien claire au début, un élément se distingue rapidement et imbibe les carcasses molles. Il s'agit de Connan Mockasin et sa voix siamoise déphasée qui émane d'un siphon dénoyé, suivi d'un petit cohorte de trois fois rien. Encadré par une guitare embuée mouvante, un clavier nyctalope schizophrène croyant rendre le silence aux agneaux et une basse bougonne, il mène un bal macabre délicatement psychédélique. Maître d'oracles sibyllins, ménestrel d'outre tombe. Il ne manque pas de gestes avenants malignement placés pour inciter à se rapprocher ("Megumi The Milkyway Above" commence haut les cœurs, "Quadropuss Island" se permet un lent cha cha cha) jusqu'à ce que la torpeur ambiante soit notre hôte. Et nous voilà seuls à évoluer chez les freaks à vénérer ce mystérieux dauphin trônant dans la majestueuse pièce centrale. Beauté reptilienne. L'urgence de "Please Turn Me Into The Snat" qui sonne l'ultime glas n'y fait rien. Mockasin a réussi son tour de passe-passe connecté avec l'au-delà. Nous l'avons rejoint pour célébrer Forever Dolphin Love dans une obédience vaporeuse sans savoir par quel bout du tunnel nous sommes arrivés.


Excellent !   18/20
par TiComo La Fuera


  Note : L'album contient un second disque proposant sept titres live dont "Sneaky Sneaky Dog" qui n'apparaît pas sur le premier disque.


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
160 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...