Sloy

Planet Of Tubes

Planet Of Tubes

 Label :     PIAS 
 Sortie :    octobre 1996 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

C'est seulement un an après Plug que les barjeots de Sloy sortent le joyeux Planet Of Tubes. Les choses n'ont pas beaucoup changées en 365 jours.
Steve Albini est toujours à son poste derrière la console et les Sloy appliquent leur bonne vieille recette. On ne leur demande pas plus.
Et voila une petite bombe potelée, un agréable petit poison, un guilleret album qui vous fera rire aux éclats, sauter du lit le matin plein de grâce et d'allégresse !
Le disque est bien plus court que son prédécesseur mais cela ne lui enlève rien. Au contraire, on apprécie chaque seconde encore plus intensément. L'atmosphère est moins pesante, moins étouffante, le résultat est plus poppy ; voila peut être la différence.
Presque primessautier. Presque printannier. Ce disque est une tranche de soleil. Les jolis petits oiseaux au début de "Red" sont absolument charmants mais l'arrivée de la basse grondante a tôt fait de les faire envoler prestement. D'ailleurs, la progression de ce morceau est bougrement intéressante. Les arpèges du début sont répétés tout au long de la chanson donnant à celle-ci un doux parfum de démence.
"Saw" et son woohoo de fantôme est vraiment délirante. On s'inquiète parfois de ses écoutes quand on entend des trucs pareils.
Mais bon, qu'à cela ne tienne on entre confiant dans la danse, on gueule à gorge déployée comme au karaoké, on noue sa cravate autour de la tête, on ingurgite quelques Palermo (garantis sans alcool) c'est la fête au village, salut les Musclés, bonjour les Bisounours, allo maman bobo, grrr, waaaaaah ! Aaaaaaargh ... ... ! ! ! !


Excellent !   18/20
par Oneair


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 30 mars 2006 à 17 h 44

L'album le plus cintré et le plus bondissant avec une araignée dithyrambique qui tricote au ciboulot. Sloy excelle dans son rock-noise épileptique et Armand 'chante' comme une 'grande diva' parée pour l'internement. Ca commence par des hurlements sur l'entrainant "Idolize", digne successeur de "Pop". Ca continue sur "Chocolate Sperm", fanfare foireuse punk au refrain dévastateur et empli d'une onomatopée délirante. "Spraying With 1.6 Khz" est un court joyau, allant du rythme saccadé à l'accélération salvatrice. Et comme c'est parti pour ne pas s'arranger, "Eat Your Toy" se chante partiellement baillonné dans les couplets. Bref, Planet Of Tubes est là pour nous faire opiner du chef, slammer à coeur joie, sauter à tout va lors des soirées étudiantes (pour les plus jeunes).
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
441 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques