Ephel Duath

Through My Dog's Eyes

Through My Dog's Eyes

 Label :     Earache 
 Sortie :    lundi 26 janvier 2009 
 Format :  Album / CD   

Les mecs d'Ephel Duath ont définitivement fondu les plombs. Ils sont partis trop loin, trop fort, trop vite, jusqu'à composer un concept album, Through My Dog's Eyes, soit neuf moments de la vie vue à travers les yeux d'un chien.
En premier lieu, il faudra que je pense à les contacter pour savoir ce qu'ils prennent au petit-déjeuner, vraisemblablement, ce n'est pas de confiture d'abricots !
Mais après tout, étant particulièrement amateur du style Ephel Duath, je me dis que le groupe en a bien assez sous la pédale pour me faire avaler n'importe quelle idée saugrenue, alors pourquoi pas le chien. Cela dit, compte tenu de l'instabilité du line up, je me demande comment ils vont parvenir à conserver leur niveau, tant qualitatif que technique.
"Gift" ouvre la chasse. Je rêve ou c'est... Du blues ? Merde... Enfin, du blues façon Ephel Duath bien sûr, slide et guitare dobro qui vont bien, mais où est passé mon free jazz core adoré ? L'autre surprise, c'est que le groupe a considérablement revu à la baisse la complexité de ses titres. J'entends par là que l'on n'est pas obligé de les écouter deux ou trois fois de suite pour en saisir toutes les subtilités. Les musiciens jouent moins vite, dans un style plus dépouillé, même si globalement les structures restent toujours aussi aléatoires et à géométrie variable. Enfin, il est bon ce "Gift", avec notamment un travail vocal conséquent, plus axé sur la puissance et la diction que le hurlement qui commençait à montrer ses limites sur le précédent opus. Néanmoins, ce titre me déstabilise, et je ne m'y attendais clairement pas.
En revanche, ce qui me déstabilise définitivement, c'est que malgré des compositions toujours pleines de surprises, j'ai beaucoup de mal à ne pas décrocher. La voix me lasse finalement plus que ce que j'escomptais, pas assez originale dans ce nouveau registre plus guttural, et surtout, je n'arrive absolument pas à être emporté par ces nouvelles compositions. Je veux dire par là que je sais que je suis en train d'écouter un album qui, d'un point de vue purement technique, est une merveille, à ranger à côté d'un Daughters, mais il manque un truc indéfinissable qui faisait des productions précédentes des incontournables. Les velléités mélodiques tombent à plat et les passages plus virulents manquent de folie, un véritable paradoxe pour ce groupe.
Parfois plus basiquement metal ("Silent", "Nina"), et perdant par là une part de son identité, Ephel Duath me semble être à la peine pour mener à bien son ambitieux projet. On tombe toujours sur ces syncopes et ces accords biscornus, c'est bien ficelé, mais je ne suis pas sûr que ce rôti nourrisse convenablement le toutou. Y a trop de déchets.
L'album s'achève sur un instrumental ("Bark Loud") où la technique tourne à la démonstration, les alternances de style (ambiant jazz, gros riffs distordus, accalmies) ne masquant pas le manque d'inspiration de ce titre.
Les animaux n'ont pas d'âme ? Dans ce cas Through My Dog's Eyes est un album réussi car il en est lui aussi dépourvu. Sinon, cela reste pour moi une petite déception, un peu la même qu'avait provoquée "Miss Machine" en son temps.
Il reste qu'en dépit de mes nombreuses critiques, cet opus demeure bien au-dessus de la masse besogneuse et Ephel Duath, un groupe toujours aussi atypique qui propose là ce qui est son album le plus accessible. De là à penser que c'est pour cette raison, qu'il me séduit moins...


Pas mal   13/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
113 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques