Bibio

Ambivalence Avenue

Ambivalence Avenue

 Label :     Warp 
 Sortie :    lundi 29 juin 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Ca vous branche une ballade sur Ambivalence Avenue ? C'est une nouvelle artère du quartier acoustique de la citadelle Warp, dont la construction a été dirigée par le bidouilleur de génie Bibio.

Ambivalence Avenue est une oasis de tranquillité, un disque rêveur et tranquille propice aux ballades hallucinées. Sur ce disque, Bibio ose un mélange étonnant entre les rythmes electronica/hip-hop de Boards of Canada, folk rêveuse et soul rétro et chaleureuse. Le résultat, c'est une collection de morceaux gracieux franchement envoutants. Les genres évoqués plus haut se mélangent subtilement et proposent plusieurs variations. Les morceaux les plus folks sont tantôts peace ("Ambivalence Avenue") ou émouvants ("Fire Ant", "Abrasion"). Mais ce qui se retrouve à chaque fois, ce sont les rythmes abstract hip-hop qui troublent leur tranquillité ainsi que les filtres qui font sonner la voix et surtout les guitares de façon saisissante, rendant ces morceaux carrément trippants. La soul est aussi invitée à la fête sur des morceaux aux allures de patchwork, associant intelligemment l'electronica et les samples de voix retro. "Jealous of Roses" est franchement splendide et constitue mon coup de cœur. Les morceaux les plus electronica sont quant à eux humanisés par ces deux influences, comme sur "Fire Ant" est ses chœurs splendides (‘Lalalalala', simple et très beau). Ainsi, la première partie de l'album est absolument grandiose et aligne les morceaux géniaux, dignes d'un véritable chef d'œuvre. D'autant que les divers samples de chants d'oiseaux, vent, pluie et rires d'enfants accentuent la beauté de ces morceaux. A tel point que la seconde partie de l'album, un peu plus sage au niveau métissage laisse un petit peu sur sa faim. Ne me faîtes pas écrire ce que je n'ai pas écrit : cela reste toujours diablement beau, bien qu'un peu moins original. L'electronica proposée est d'excellente facture et rappelle Boards of Canada, avec notamment "S'Vive" et ses excellentes voix coupées et rassemblées dans tous les sens. La folk se fait elle aussi plus sage et se contente d'être belle, tout juste est elle plus vaporeuse que celle des Kings of Convenience, avec cette sonorité artificielle et filtrée qui accroche l'oreille. Mais après ce début d'album digne d'un chef d'œuvre, on ne peut s'empêcher d'en demander un peu plus. Quoiqu'il en soit, Bibio m'a accompagné tout l'été et m'a procuré tranquillité et rêverie. La mélancolie distillée tout au long du disque me poussera sûrement à l'écouter encore longtemps cet automne et cet hiver. Et j'attends avec impatience un album qui déclinera sur toute sa longueur les fantastiques mélanges du début d'Ambivalence Avenue. A coup sûr, on tiendra un véritable chef d'œuvre. D'ici là, on se contentera avec beaucoup de plaisir de ce très bon album.


Très bon   16/20
par Vamos


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
85 invités et 3 membres
Nova
Dylanesque
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
Si je vous dis beauté féminine vous me répondez ?


Elysian Fields
Emily Haines
Emiliana Torrini
PJ Harvey
Mazzy Star
Blonde Redhead
Cat Power
Peaches