Secret Chiefs 3

Book Of Horizons

Book Of Horizons

 Label :     Mimicry 
 Sortie :    mardi 25 mai 2004 
 Format :  Album / CD   

Déjà presque dix ans se sont écoulés depuis la première apparition de Secret Chiefs, sur le fameux Disco Volante. Depuis, 4 albums ont amorcé ce qui ressemble à des débuts prometteurs. Cependant, c'est avec ce Book of Horizons que le groupe s'impose enfin. Trey Spruance, le guitariste-chaman à la tête du groupe, a scindé celui-ci en 6 entités, sensés chacun représenter un genre de musique particulier, mais comme tout le monde expérimente plus ou moins, on a vite fait de s'y perdre.

Toujours est-il que ces groupes vont déployer le temps de 14 morceaux des trésors d'imagination pour nous faire rêver, en dépeignant ce qu'on pourrait appeler 'la musique traditionnelle d'un pays imaginaire,exotique et bizarre'. La forte influence de l'orient se fait ressentir, notamment dans le choix des instruments : Rabab, Shamishen et autres cithares, la plupart maniés par Spruance lui-même visiblement savant dans ce domaine. En tout cas il est passionné, et c'est une évidence quand on prête attention au son, à la production, aux timbres des instruments qui se chevauchent, se croisent ou se répondent. A ce niveau là on peut même parler d'orchestration, et c'est l'un des points forts du disque.
Après évidemment il y a les mélodies, qui prouve le talent hors du commun de ces musiciens. On se fait attraper dés le "End Times" d'ouverture, et à partir de là impossible de lâcher, à l'affut d'une nouvelle subtilité dans le contre-chant ou d'un autre hymne si évocateur ("The 4", la reprise du thème d'"Exodus"...).
En moins grand nombre on trouve aussi des petites pièces plus expérimentales et bruitistes, qui se distingue là aussi par leur précision d'orfèvrerie.
Là où ça me paraît marcher moins bien c'est avec Holy Vehm, spécialisé dans le death metal. N'étant pas un grand amateur, je critique avec des pincettes, mais comparé aux excellents Sleepytime Gorilla Museum signés justement sur le label de Spruance (Mimicry Records), ce mini-groupe passe vraiment pour des amateurs. C'est dommage dans un album qui tend à éliminer les moindres fausses notes, mais c'est fait sans trop de prise au sérieux, alors ça passe.

En bref, une chevauchée grisante dans un monde où Prince of Persia fait du surf rock, épicé par quelques expérimentations plaisante. Un CD très charismatique, envoutant.


Excellent !   18/20
par Sytizen


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
303 invités et 1 membre :
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?