Republica

Republica

Republica

 Label :     Deconstruction 
 Sortie :    samedi 05 octobre 1996 
 Format :  Album / CD   

C'est en jouant les explorateurs temporel que j'ai découvert Republica, avec le clip qui tue "Ready To Go".
Là, une fille aux cheveux rouges saute un peu partout dans une robe courte (et rouge), en vous balançant sa morgue au visage, effet de caméra en zooms ultras rapides qui passe à une image en la faisant jaillir de la précédente. Ça donne le vertige. La grosse caisse tape fort, les guitares saturées donnent tout ce qu'elles ont (en arrière plan, mais bon) et la basse rebondi pour vous faire taper du pied.
Ça concrétise parfaitement l'idée de musique de fin de millénaire tout comme,pour moi, Version 2.0 de Garbage.

Haaa ça fait rêver ...

Saffron, la mini robe rouge, possède une élocution typée qui donne tout son caractère au chant. C'est moins subtil que chez Shirley Manson, mais plus enjoué et ample.
L'électrorock de ce premier album semble découler du big beat et de la musique électronique du début des années quatre-vingt-dix (ce qui donne quelques passages qui peuvent frôler le mauvais goût, mais, pas de quoi s'affoler), le grunge pour Garbage.

La qualité du son est excellente.
L'ambiance est donc plutôt sono : propre, équilibrée et péchue, pas de place pour les berceuses.
Les chansons sont vraiment bien travaillées, avec un truc original et inventif pour chacune. On ne cherche pas la grosse émotion mais, du coup, l'album est très homogène, même si plusieurs chanson sortent du lot pour articuler l'album. Ce qui évite de décrocher en cours de route.

Une très bonne surprise, de découvrir un autre groupe dans ce style, alors que je croyais Garbage uniques (dans l'excellence).
A l'époque, j'écoutais la radio tous les jours et je serais près à parier n'avoir jamais entendu Republica; bien domage.


Excellent !   18/20
par Aztaroth 73


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
226 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :