Mystery Jets

Twenty-One

Twenty-One

 Label :     Rough Trade 
 Sortie :    lundi 24 mars 2008 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Tweny-One, le passage à l'âge adulte. Voilà un nom très bien choisi pour ce second album des Mystery Jets. Tout d'abord, le groupe perd ce qui faisait son originalité à l'époque de leur premier album : Henry Harrison a quitté le groupe, et ne fait donc plus partie du même groupe que son fils, Blaine. Mais surtout, le groupe franchit un pas de géant, en livrant un disque de pop d'une créativité déconcertante tout en conservant une fraîcheur et une naïveté incroyable !

Twenty-One, c'est une preuve de plus en faveur de la prédisposition génétique des britanniques pour la pop. Sans blague, je me demande comment ce pays fait pour balancer des disques de cette trempe, à la fois situé dans une tradition de cinquante ans et possédant en même temps une identité propre. Mystery Jets, c'est donc la pop de 2008, la pop d'une époque où la dance fait son retour en force. Pas de problème pour le groupe qui s'en accommode parfaitement, avec l'aide du producteur electro-rock Erol alkan. Sa patte se fait réellement sentir tout au long de l'album et contribue à cette réussite. Je m'explique. Les Mystery Jets ont beau avoir grandi, ils gardent toujours une énergie débordante et beaucoup de naïveté. Le groupe laisse libre cours à sa créativité, et on pourrait facilement basculer dans l'indigestion. Mais grâce à l'aide d'Erol, ce flot est maîtrisé et utilisé avec parcimonie. Mais ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit : si on évite l'indigestion, on reste quand même en présence d'un feu d'artifice coloré ! La pop du groupe est bien loin d'être conventionnelle, loin de là ! Je dirai qu'elle est plutôt virevoltante et foisonnante. Sur chacun des morceaux, le groupe nous réserve une surprise : un changement de rythme bien senti, des décrochages splendides, une fin bordélique à souhait, une ligne de basse qui tue, des chœurs exubérants... Ces morceaux sont vivants et expriment une énergie juvénile absolument réjouissante. Les instrumentations, les arrangements sont excellents et malins, avec des guitares discrètes mais magiques, des synthés présents de partout, un saxophone sur "Two Doors Down", une boîte à musique même, sur "Umbrellahead" ! La voix de Blaine Harrison habite le tout : débridée, elle virevolte, tremble, tutoie ses limites mais est tellement touchante. Et puis, comment ne pas mentionner ce songwriting impeccable ? De l'explosion de "Hideaway" au lyrisme du morceau caché "Twenty-One", en passant par le primesautier "Young Love" ou le foutraque "MJ", chaque morceau est un véritable caviar pop, où l'aspect tonitruant cache une écriture riche et inspirée. Pour ma part, je craque complètement pour le duo avec la chanteuse de Noah And The Whale, "Young Love", sa structure addictive et sa mélodie géniale, ainsi que pour "Two Doors Down", qui par ses paroles totalement naïves et sa folie m'ont rendu fan du groupe.
Pas de doute, avec Mystery Jets, on tient un groupe au potentiel énorme. Une aisance rare dans l'écriture, un grain de folie, voilà ce qui rend Twenty-One excellent, un des meilleurs albums de 2008, et propulse le groupe au rang des plus grands espoirs de la pop actuelle. Décollage supersonique pour les Mystery Jets, on espère qu'on n'atterrira pas avant bien longtemps !


Excellent !   18/20
par Vamos


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
121 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :