White Lies

Lose My Life

Lose My Life

 Label :     Polydor 
 Sortie :    lundi 19 janvier 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Chers amis, fans de revival, de cold wave, de post punk, de new wave, de vieux dinosaures et de gothic mode roast beef, voici un album qui soulève quelques interrogations.
Allez, je vais mettre les pieds dans le plat, je la pose ma question :
Dites, est-ce que ça fait bien d'aimer la musique de White Lies ?

Exercice à la mords-moi-le-nœud d'y répondre mais essayons de faire preuve d'un maximum d'empathie et de jugeote, essayons (quand je dis nous c'est mon cerveau et moi, pour une fois que je ne pense pas avec ma bite !). ; essayons de faire de ce groupe un bon cas d'école !

A priori, sur le papier, les White Lies ont tout pour plaire, repérés par le cultissime label Fiction, nos p'tits gars, balancent un musique qui ne cesse de rappeler les grandes heures de Cure, Depeche Mode, Joy Division et adoptent un profil bas, ça donne des points, merci Ian Curtis.
En gros, l'opération séduction semble gagnée, même chez les gros puristes, qui rêvent en secret à la résurrection de Jésus Curtis, de retour, réincarné dans le corps d'un gamin de Manchester, je comprends bien ce sentiment, y a des gens qui attendent encore le retour de Jésus et ça fait 2000 ans qu'il est cané, depuis, on fait du neuf avec du vieux et... on attend, je défie le mec qui aura les couilles de se présenter avec une nouvelle religion, pour lui c'est direction le cachot avec toute sa secte.
Faut pas déconner, il n'y a qu'un original, et se détourner de cet original revient à renier toute propension à déterminer qu'on a bon goût, c'est prendre trop de risque surtout quand ça devient chaud avec le retour des années 80 dans le paysage actuel, on en bouffe à toute les sauces et c'est pas la crise qui va freiner le phénomène, du dark et du spleen on va s'en coller jusqu'à l'oignon!

Voilà, si White Lies ont tout pour plaire, ils ont le manque de bol d'être soutenu par un major (Fiction c'est des vendus c'est connu !), d'avoir la presse un peu dans leur poche (NME, les Inrocks...), à cela je dirais, et ben oui !!! Sérieusement, faut débarquer du Laos pour croire que les médias vont lâcher des opportunités de s'accrocher au retour triomphant de la vague, de la même manière, je n'attends pas de connaître l'opinion des médias pour savoir si j'aime ou pas !!!

Bref, tout ceci est évidement la goutte de trop pour chaque fan de rock Indé, qu'on vienne toucher à la sacrosainte New Wave et faire renifler aux autres du post rock alors qu'on n'a même pas vingt ans... quelle misère !

Si on ajoute à cela que nos amis de White Lies ont des petites touches qui rappellent les Duran Duran, l'affaire est pliée, même en cas d'arguments solides comme l'abandon du Kitsch et du brushing, ils peuvent aller se rhabiller, c'est pas crédib' !

Alors au final, qu'est-ce que ça vaut réellement ce groupe ?

Sans crier au génie, crions tout de même "gare à vous !!!", de toute évidence, White Lies est le genre de groupe dont on n'attend pas plus que ce qui nous est proposé, c'est justement ça qui m'intéresse, au moins je ne risque pas de surestimer ce que j'ai dans l'assiette, je demande qu'à bouffer et si on me parle du retour des années 80, j'aime autant qu'elles reviennent sous cette forme là.
Est-ce qu'on a aussi une idée du nombre de daubes qu'ont cuisiné les groupes que nous avons vénérés dans ces années-là ? Je ne préfère pas les citer au risque de froisser et puis on ne tire pas sur l'ambulance , sans même parler des vieilles tentatives de retour aux affaires des anciens, nan c'est bon les mecs, c'est fini pour vous !

L'ensemble de cet album est homogène et cohérent, les références et les inspirations sont affirmées, les White Lies flattent la nostalgie de mon enfance et comme je suis encore un grand gamin, j'ai du bol popol, le snobisme n'a pas encore sucé tout mon entrain et ma naïveté et pourtant Dieu sait que j'aime ça...!!!

Conclusion, je ne suis pas encore blasé, je suis toujours un gamin heureux et la musique des White Lies passe à merveille dans mon autoradio de White fesses.

Rock'n'roll !!!


Bon   15/20
par Interpolian


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
95 invités et 3 membres
Pab
Poukram
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...