The Soft Boys

Underwater Moonlight

Underwater Moonlight

 Label :     Armageddon 
 Sortie :    juin 1980 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Et un songwriter, un. Robyn Hitchcock. L'Anglais au physique de prof de fac (celui de l'UE facultative qui sert à rien) attendit que débute la décennie 80 pour crier sur les toits de Londres et d'ailleurs son chic amour pour la chanson bien faite.
Ce manifeste écrit superbe : Underwater Moonlight. En comparaison, A Can Of Bees, le premier, n'était qu'un gémissement plaintif, un murmure voilé qui ne laissait deviner qu'aux esprits les plus géniaux de leur époque, le talent grandissime de sieur Hitchcock. Ce type qui ne se la raconte pas mais qui devrait. Parce que, à part moi et toi qui en est arrivé péniblement jusqu'à cette ligne (merci), qui connaît l'homme et son groupe fondamental les Soft Boys (sans doute le nom de groupe le moins vendeur de tout les temps) ? Peu de monde, ce qui est encore plus regrettable que le succès de Radiohead.
Les Soft Boys furent purement plus que simplement les dignes prophètes en leur pays mais ailleurs aussi, du revival psychédélique. Brûlant les idoles synthétiques, ressuscitant les maîtres sixties, ils rebâtirent la voie interstellaire que prirent par la suite nombre de groupes 'pop à guitare'. Le tout en 10 psaumes à l'estourbillante psyché pop qui doit autant à Syd barré qu'aux Byrds de l'autre dimension.
Aux guitares tressées ou aux rythmes cabossés d'un groupe qui jouent comme des Clash, s'apposent les douces nasillardises de Robyn Hitchcok. Conteur loufoque qui a eu la présence d'esprit de laisser causer son subconscient. Une prose en Festin Nu fourmillant d'images étranges et de saynètes absurdes. Tout l'art surréel du monsieur était lancé.
Alors que celui des Soft Boys s'achevait. Une tirade de révérence devenue référence que ce Underwater Moonlight à la production crue (et donc intemporelle). Malgré tout, on n'en reparlera vraiment qu'au début du siècle 21. Quand reformés pour l'occasion, les Soft Boys avaient le plaisir de voir leur œuvre chef rééditée par Matador. De la bacchanale pour fan cette réédition (Matador en est spécialiste) : 2 CD gavés de démos et d'outtakes diverses. Ébauches fascinantes, reprises définitives ("Vegetable Man", "Leave Me Alone"...), inédits irrésistibles... Il faudrait être demeuré pour s'en passer.


Exceptionnel ! !   19/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
234 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?