Wagon Christ

Sorry I Make You Lush

Sorry I Make You Lush

 Label :     Ninja Tune 
 Sortie :    mardi 13 juillet 2004 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Si vous pensiez que Mickael Youn incarnait le sens de la dérision à lui tout seul, et que celle ci se limitait à écrire de débiles chansons-parodies satiriques, c'est que vous n'avez encore jamais entendu parler de ce Sorry I Make You Lush.
Déjà, rien que les pour anglophones, "Lush" fait office d'inconnu au bataillon des dictionnaires. Heureusement, Vibert se sera expliqué: "Aphex [Twin] will use the word ‘lush' when something weird happens". Ben voyons, autant dire tout de suite que ça laisse pas l'impression d'un disque qui va faire hurler de mélancolie. Caricature narquoise des pochettes futuriste, austères et solennelles d'Amon Tobin (par exemple) en guise d'artwork, et intitulé loufoque incompréhensible, le ton est plutôt manifeste. Problématique évidente: y a-t-il sur cet album quelque chose de vraiment consistant à se mettre sous la dent, ou consiste-t-il en une mauvaise blague aussi facile qu'usée (le fameux principe du comique de répétition) ?
Soyons honnête, c'est plutôt brouillon, voire carrément délirant. Ce grand bazar devrait pourtant évoquer des choses à tous les nostalgiques du genre (ils se reconnaitront), à tous ceux qui regrettent le temps où l'electro ne subissait pas encore l'outrage d'être assimilé à Crystal Castles ou Justice. Sorry I Make You Lush pourrait être un hommage rendu aux musiques bidouillées, ou plus précisément aux ancêtres de celles-ci, celles qui avaient seulement l'ambition de faire danser avec désinvolture comme des attardés dans les soirées les plus obscures. Assemblée à coups de collages approximatifs (ces décidément indémodables beats sommaires et samples improbables), de coups de klaxons, de mélodies candides et d'une variété presque infinie de "gling-gling-coin-coin" et autre "ka boink" en tout genre, cette cuvée 2004 n'a étrangement pas pris une ride, et ce malgré la concurrence acerbe que connait le milieu. Trouver un bon disque, c'est comme passer dans un village et trouver un vieux restaurant tenu par des gens qui ont conservé les recettes familiales, comme disait Crumb. Avec Wagon Christ, c'est garanti par la maison: 100% authentique, 100% recette familiale.


Bon   15/20
par TheWayYouSmiled


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
124 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused