Kris Dane

Rise & Down Of The Black Stallion

Rise & Down Of The Black Stallion

 Label :     Bang! Music 
 Sortie :    mardi 20 mai 2008 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Nombreux sont ceux qui ont découvert Kris Dane grâce à son heureuse collaboration au groupe Ghinzu, et pourtant sa carrière a débuté dans les années 90, il a même été le tout premier batteur de dEUS au début de cette décennie. Adorateur de Johnny Cash, Leonard Cohen et Tom Waits, le bruxellois est revenu à ses premières amours folk country blues avec une trilogie débutée en 2007 avec Songs Of Crime And Passion et dont Rise & Down Of The Black Stallion, le blaze que lui avait donné Ghinzu, est le second volet.
Cet opus sort des sentiers battus, Kris Dane quittant en effet le plat pays pour rejoindre les vastes plaines de l'ouest, lors d'une expédition pour le moins pittoresque au cours de laquelle il se trouve au cœur de la tourmente, confronté à toutes sortes d'affres humaines. Passée l'introduction, "Here To Grace" fait pénétrer un climat moite et angoissant, transformant son chanteur narrateur en un héros maudit qui s'évertuera à exorciser ses démons tout au long de l'album.
...The Black Stallion nous plonge donc dans un univers de western crépusculaire hanté par des personnages ténébreux et corrompus, on en parvient d'ailleurs à imaginer notre héros traversant la ville jusqu'au saloon avec ses éperons, prêt à dégainer son revolver, en particulier dans "Here To Grace", à la rythmique ultra saccadée. Au cours de son périple, l'étalon noir croise également des personnages féminins qui apportent une note de douceur mélancolique comme "Missy", "Mary Jane" ainsi que les chœurs féminins sur "To The Belfry". Mêlant ambiance vénéneuse et sensualité, l'air est empli d'une tension sexuelle qui atteint son moment le plus palpable dans le somptueux "The Damage Done".
Après ce point culminant, des touches de lumière viennent agrémenter le parcours chaotique de notre protagoniste, le menant progressivement jusqu'à la grâce recherchée, en passant par l'électrique "Private Lee".
Au-delà de textes torturés, l'arme la plus efficace de Kris Dane pour conter les méandres de son âme réside dans sa stupéfiante faculté à moduler sa voix, d'un timbre ultra grave Nick Cavien à un ton de crooner ultra sexy, ses inflexions sont troublantes de force et de subtilité à la fois. Suite à une errance exutoire, c'est la candeur de "Bless Your Soul" qui met fin aux aventures de l'étalon noir qui a enfin retrouvé la paix.
Have you got a demon or two right on your back ? Kris Dane is gonna save your soul...


Parfait   17/20
par Lady Godiva


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
73 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :