Camper Van Beethoven

Telephone Free Landslide Victory

Telephone Free Landslide Victory

 Label :     Independent Project 
 Sortie :    1985 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Si l'originalité devait payer, Camper Van Beethoven serait au moins aussi pété de tunes que Radiohead. Avec leur melting-pot astucieux de folk des Balkans, de musique caribéenne et d'indie rock à la cool, ces Californiens auront tout fait pour enquiquiner sévère les classeurs de bac à disques.
Un art émigrant par nature qui connut son heure de petite gloire dans les années 80 sur les college radio. Un tube du genre même : "Take The Skinheads Bowling". Chanson à refrain que le gauchiste moderne connaît sans doute car utilisée en générique dans sa forme coverisée par le Teenage Fanclub, pour le film de Michael Moore, Bowling For Columbine. Ton supra-léger, paroles absurdes et c'en était fait d'une réputation de comiques indie pas toujours facile à porter quand on veut exhiber avec classe son talent.
Bien dommage. Conséquence peut-être, Camper Van Beethoven n'a droit aujourd'hui qu'à un petit encart dans les livres d'histoire. Chierie. Car dès ce premier album le groupe gravissait d'un air désinvolte les mêmes marches du podium, les plus hautes donc, que Sonic Youth & Co. Le bémol c'est cette quantité trop élevée (17 en VO) et cette doucereuse impression qui peut s'avérer au final fatale, que l'on écoute non un album, un vrai, mais plutôt une chose compilée.
Passer d'un instru ska ("Border Ska") à une pop weirdo ("The Day That Lassie Went To The Moon) ou enchaîner une danse à la sauce orientale ("Balalaika Gap", le genre qui donne envie de pousser des 'hé' en jetant par dessus l'épaule son verre de vodka) et un rock pavementien avant l'heure ("Opi Rides Again - Club Med Sucks", admirez la beauté des titres), ce n'est jamais chose aisée, même pour les plus world aficionado d'entre nous. Heureusement que ces gens-là ont ce don mémorable pour écrire juste et très bien de ces morceaux atypiques et délectables dans son pieu, dont beaucoup sont surplombés par le violon du maître enchanteur Jonathan Segel.
Pour son premier album, Camper Van Beethoven faisait déjà très très fort. Certains pensent, et on ne leur donnera pas si facilement tort, qu'ils n'ont jamais fait mieux que ce Telephone Free Landslide Victory.


Parfait   17/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
159 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?