Antimatter

Leaving Eden

Leaving Eden

 Label :     Prophecy 
 Sortie :    samedi 07 avril 2007 
 Format :  Album / CD   

Avril 2007: pour moi la dernière année de lycée, je sais qu'elle se conclut par le baccalauréat que je me dois d'obtenir, on me demande de choisir ma voie pour l'an prochain mais je n'en ai aucune idée, les cours de philo ont beau passer lentement, déja j'ai conscience qu'une période importante de ma vie va se tourner: les années lycée (synonymes pour moi de rébellion, d'amusement permanent, d'éveil aux plaisirs de la vie et d'amitiés inoubliables...). C'est avec un spleen très intense que j'ai décidé de me procurer ce qui deviendra la bande-son des ultimes moments de cette période aux charmes si particuliers: Leaving Eden d'Antimatter, sur le cd, on peut lire: "the saddest band of the world", c'est tout à fait ce qu'il me fallait.
Dès les premières notes de l'album, j'ai le plaisir de constater que je ne me suis pas trompé: ce groupe est triste comme la mort! Deuxième titre: intro au piano répétitive, voix désespérée mise en avant, une ambiance qui traduit de la manière la plus juste possible la perte de toute foi en quelconque avenir meilleur... Puis vient "Ghosts", le troisième titre: on souffle un peu, l'ambiance est moins pesante, seul quelques arpèges perdus accompagnés d'un synthé viennent accentuer un chant posé très triste malgré tout. Suivent deux morceaux longs dans la même veine que les deux premiers: je commence à me dire qu'il y a des dépressifs chroniques plus forts que moi, la tonalité sombre de l'album commence à m'indisposer...
Mais passé cette dure épreuve de huit minutes,on arrive à l'un des titres les plus beaux de l'album: "Conspire". De discrets arpèges accompagnés de cette voix toujours aussi pure ne tardent pas à être sublimés par l'arrivée de violons, qui parviendront à tirer des larmes aux plus sensibles d'entre nous. Vient ensuite LE morceau-phare de l'album, son noyeau dur: "Leaving Eden", qui a donné son titre à l'album. Changement d'ambiance radical, voilà un morceau électrique (et qui perd de sa puissance en acoustique) prodigieux! "The cost of innocence is the lost of innocence" chante Mick Moss, leader écorché vif du groupe qui compte en ses rangs deux membres d'Anathema. Les deux morceaux qui concluent le cd passent presque inapercus après un titre d'une telle force!Cependant, "Fighting For A Lost Cause" traduit on ne peut mieux l'état du chanteur désemparé face à un monde qui part à la dérive... L'écoute de ce cd est une expérience à vivre, mais difficile à réitérer!


Pas mal   13/20
par José Bové


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
423 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :