Hatfield And The North

Hatfield And The North

Hatfield And The North

 Label :     Plan 9 
 Sortie :    mardi 01 janvier 1974 
 Format :  Album / CD   

Dans la famille Canterbury je voudrais les fils prodiges.
Au début il y avait ce groupe mythique les Wilde Flowers, en 1963, dans lequel rodent les Ayers, Wyatt, Ratledge mais aussi les Hastings, Sinclair & Coughlan qui donneront naissance à Soft Machine d'une part et à Caravan d'autre part, et c'est de cette filiation là que va éclore Hatfield And The North en 1973 qui nous préoccupe ici. Avec Pip Pyle, batteur du Gong de la grande époque, le bassiste chanteur Richard Sinclair et le guitariste Phil Miller (transfuges de Caravan & de Matching Mole) achètent Dave Stewart aux claviers (ancien Egg). Et en trois ans et deux albums, le quatuor aura symbolisé l'âge d'or de cette école musicale à la croisée du rock prog' jazzifiant avec cette touche d'excentricité 'british' si typique. Musique sucre d'orge qui est un véritable nectar pour les oreilles averties sur ce premier opus. A écouter rien que pour le son de cette basse du Sinclair : de la vieille Fender (souvent Telecaster 4 cordes * quasi introuvable de nos jours) sur l'Ampeg à lampes roots ce qui nous donne un son rond et chaud, inimitable et bien devant. Et la batterie de Pyle, retrouvé mort dans un hôtel de Paris en août 2006, qui nous régale. Et si dès le track 4, qui est toujours le premier morceau à l'écoute puisque la plupart des morceaux sont enchaînés dans une parfaite cohérence, vous vous surprenez à vous dire mais c'est la voix de... Wyatt, oui oui c'est lui, mais il y a également Geoff Leigh d' Henri Cow (le plus barré de tous) aux sax & flûte & bien sur les Northettes dans le staff, ces voix de miel qui font tout le charme de ces musiques. Et sur le track 9 c'est du Gong, pur jus, bien sur. Mais ne soyez pas effrayé, vous ne risquerez pas ici l'indigestion, peu de débauches de technique (le track 7), pas de débordements trop free, équilibre parfait, ballades dans des paysages précieux, porcelaine sonore que cette chose vraiment en dehors du temps. Immourable, donc.
2 bonus tracks épatants (pour une fois) : ceux sortis sur le premier single du groupe.

Si vous avez aimé, vous aimerez : Waterloo Lily de Caravan (plus facile) ou Of Queues And Cures de National Health (plus corsé)


Intemporel ! ! !   20/20
par Raoul vigil


  * http://www.rocknrollvintage.com/prodimages/1972-tele-bass-b.jpg


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
296 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :