The Clean

Anthology

Anthology

 Label :     Merge 
 Sortie :    mardi 21 janvier 2003 
 Format :  Compilation / CD   

Pavement, Sebadoh, Yo La Tengo, Guided By Voices, Sonic Youth... Tout l'indé ricain de la charnière 80-90 était déjà là, en germe ou même parfois déjà éclos. Fin seventies, à mille lieux et même plus de l'Oncle Sam, un groupe tramait avec peu de moyens dans son coin l'indie rock du futur proche en enfermant le punk dans une chambre d'étudiant. The Clean, groupe néo-zélandais obscur pour beaucoup, que l'on aura plaisir à découvrir et appronfondir avec cette Anthology 2 CD.
Formé autour de la fratrie Kilgour, The Clean verra passer chez lui pas mal de beau monde kiwi dont un futur Chills et un futur Bats. C'est que l'histoire de The Clean, c'est aussi l'histoire du rock indé made in New Zealand. Une histoire de famille articulée autour du label Flying Nun. La 'Nonne Volante' qui prend sous son aile tout juste déployée le groupe de Dunedin (les connoisseurs parleront bientôt de Dunedin Sound). Déjà tricard de 3 années de répet et concerts, The Clean sort enfin son premier single en 81, "Tally Ho". Clavier bubblegum sautillant, batterie moe tuckerienne, guitare en fil de fer et chant speedé gémissant. 60 dollars de frais pour un single d'une fougeuse brinquebalance et qui ira, miracle inconcevable de par chez nous, se placer dans le top 20 néo-zélandais. Début d'un succès d'estime conséquent dans leur mère patrie volcanique.
Cette Anthology a le bon goût de suivre un ordre chronologique. Et bien qu'on échangera pas le second CD contre la discographie complète de Mars Volta, c'est bien la première galette qui remporte tous les suffrages possibles. Notamment parce qu'elle nous sert au complet les deux premiers EP du groupe (attention les yeux) : Boodle Boodle Boodle et Great Sounds Great, Good Sounds Good, So-So Sounds So-So, Bad Sounds Bad, Rotten Sounds Rotten. Toujours cette même frénésie j'menfoutiste, distillée sur de la pop cadencée ("Billy Two"), du rock psychotrope ("Sad Eye Lady") ou de l'expérience sonique hypnotique ("Point That Thing Somewhere Else"). Merveilleusement foutraque, du grand art.
Aussi bon soit-il le deuxième CD ne pourra donc rivaliser avec son homologue premier. Séparé dans divers projets à partir de 83, The Clean refait surface dans les années 90 pour publier une poignée d'albums dont sont extraits la plupart des morceaux ci-présents. Abandon de l'esthétique lo-fi pour une production plus propette, sans toutefois abandonné les expérimentations bricolo. Malheureusement parfois embarassantes ces tentatives en douce dinguerie ("Ludwig"). S'il lui manque l'insouciance béate des débuts, The Clean version nineties réserve tout de même de beaux moments noise en perspective pop ("Big Cat") ou de ravissants folklo tristounes ("Safe In The Rain").
Beau comme du Beatles, influent comme du Velvet, The Clean méritait bien une Anthology goûtue palliant la quasi-introuvabilité de ses disques passés. Dorénavant chose faite et très bien faite, plus aucune excuse n'est permise pour passer à côté de ce groupe néo-zélandais fondamental.


Excellent !   18/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
145 invités et 2 membres
Poukram
GBV_GBV
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?