Cocoon

My Friends All Died In A Plane Crash

My Friends All Died In A Plane Crash

 Label :     Sober & Gentle 
 Sortie :    lundi 15 octobre 2007 
 Format :  Album / CD   

Une fois de plus, l'approche de ce disque est avant tout passée par l'esthétisme certain de la pochette de My Friends All Died In A Plane Crash. Comme je le dis toujours, les gens qui apprécient les chats ne peuvent pas être foncièrement mauvais. Ainsi sans savoir que le couple Mark Daumail et Morgane Imbeaud avait produit la sensation l'année dernière et raflé tous les prix des festivals majeurs sans même avoir sorti leur premier album, je me trouve sur le point d'écouter ce dernier. Et puis arriva ce qu'il devait arriver. Une grosse claque. Cocoon réunit sur ce premier essai tous les caractères que j'apprécie le plus à savoir une musique à la fois naïve et éclairée, aux mélodies simples laissant ainsi respirer des textes alternant humour et gravité. Les deux auvergnats tissent sans prétention aucune un petit cocon duveteux et douillet sans sembler se prendre au sérieux. Les airs folk reposant essentiellement sur une guitare toujours bien rythmée en appellent à la légèreté sans pour autant être mièvre et s'adaptent parfaitement aux différentes humeurs en gardant toute leur candeur. Dans la lignée des Sufjan Stevens et Chris Garneau, les deux français ont compris que l'on pouvait être à la fois drôle et touché par des coups de spleen. Ceci relève plus de la réalité de la vie que de la philosophie mais on comprend mieux pourquoi ce chat bénéficie de tant d'amour alors que le titre de l'album ne prête pas à un tel enthousiasme. Guidé par des lignes de banjo enjoué on se laisse alors bercer sans remords par une poésie enfantine chantée délicatement à l'unisson. Poésie n'ayant pas peur des jeux de mots faciles dès "Take Off" où le mot bodyguard fait apparaître Kevin Costner ou de se moquer des traditions sur le goguenard "Christmas Song" affichant clairement sa joie de savoir que Santa Claus ne viendra pas (Good news : I won't see your faces / Round the cold turkey / So come back home and hug your neightbours / You have saved the tree). Et lorsque c'est la mélancolie qui est à l'honneur on apprécie avec autant de délice le désarroi de "Tell Me" et "Cliffhanger" surtout qu'ils sont épaulés par le violoniste de Bashung et Miossec qui décuple la gravité des paroles. Néanmoins, cette tristesse également présente sur "Seesaw" ne domine pas le répertoire de Cocoon. Elle nous laisse ainsi l'image d'un combo dynamique et taquin qui mérite nettement leur ascension fulgurante. Je vous l'avais bien dit, ils ne pouvaient pas être mauvais, loin de là.


Bon   15/20
par TiComo La Fuera


 Moyenne 12.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 03 mars 2008 à 21 h 32

Rappel de début (si c'est nécessaire) : le duo a gagné le concours CQFD des inrockeux en 2007 avec un "Tell Me" assez dépressif. Ce premier album reste donc à l'image de ce petit succès.

L'ambiance y est boisée avec un parti pris acoustique intéressant: des guitares folk à gogo, du piano, des cordes bien arrangées et pas mal de ukulélé. Les voix s'entremêlent sur plus d'un titre et la production est efficace (un brin trop propre quand même). Une réussite donc ? Pas tant que ça !

Si les chansons entendues avant la sortie du disque étaient prometteuses, on reste frustré à l'écoute entière de l'album : peu de mélodies qui accrochent vraiment, une impression de répétition désagréable sur la durée (la formule arpèges puis cordes sur "Tell Me", "Paper Boat", "Cliffhanger", "Microwave" et "Seesaw", ça fait beaucoup non ?), des tonnes de gentillesse qui gonflent rapidement (finalement , la pochette est appropriée) et surtout la voix du chanteur plutôt insupportable : forcée et retenue à la fois, geignarde, on a envie de lui crier de crier à son tour parce que ça fait du bien aussi ! Heureusement, les duos fonctionnent bien mieux et on regrette qu'ils ne soient pas plus nombreux.

Quelques titres sortent quand même du lot : le très dEUS "Take Off" et évidemment le single vu-à-la-radio "On My Way", superbe ballade enjouée, fraîche et entêtante.

On avait pourtant envie de l'apprécier, cet album...
Pas terrible   9/20







Recherche avancée
En ligne
317 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques