Shapes And Sizes

Split Lips, Winning Hips, A Shiner

Split Lips, Winning Hips, A Shiner

 Label :     Asthmatic Kitty 
 Sortie :    mardi 22 mai 2007 
 Format :  Album / CD   

Pour la description de cet drôle de petite chose, c'est bien simple : Split Lips, Winning Hips, A Shiner est un petit débarras, encombré d'un bordel monstre. Ca sent bizarre là-dedans, pas moyen de faire le tri, et il suffit d'y bouger une vieille chaussette pour se prendre un nuage de poussière dans le nez. Difficile de savoir par où commencer pour mettre de l'ordre, bien qu'un débarras n'est pas conçu pour être en ordre, finalement... Shapes And Sizes, déjà fautif d'un premier album de noise-pop bouleversé, prend ici les bases d'une zolie chanson avec un zoli chant, et secoue dans tous les sens pour nous en coller partout. Les arrangements sont par conséquent dissonants, voire incongrus, voire même complètement déplacés... On est surpris plus d'une fois. Si on y ajoute les structures de cochons et les expérimentations qu'on imagine plantées sous l'influence de produits, même pas la peine d'espérer ranger le capharnaüm : alors autant s'en amuser. On aurait donc l'impression que le groupe a composé son répertoire en jouant au chamboule-tout dans un cagibi débordant d'instruments cabossés... Ca part dans tous les sens, et c'est bien cela qui est jouissif. Des fulgurances dispersées de "Alone/Alive" à "Piggy", un titre en sourdine avec une explosion à rebours ("The Taste In My Mouth"), une plage ambiante foutue en l'air par une overdose de claviers ("The Long Indifference"), une goutte de swing dans "Geese", etc, etc... Le groupe a un brun de folie sans être torturé, qui sait garder sa bonne humeur, si bien qu'on finie par le trouver plus intelligent qu'au premier abord... C'est alors que le mouvementé "Highlife" comme le joli poppy "Head Movin'", le lo-fi chaleureux "Teller/Seller", le presque math-rock "Can't Stop That (Sinking) Feeling", nous apparaîtront non pas sabotés mais d'une inventivité grandiose, à l'énergie communicative. On reste admiratif face à la capacité du quatuor à encombrer ses compositions (si l'on peut dire) d'arrangements loufoques, à faire tenir en équilibre des thèmes, des mélodies et des syncopes sans rendre les morceaux trop incompréhensibles ou ennuyeux. Les titres nous sont vite sympathiques bien qu'on ne puisse réellement retenir un refrain (y'en a t-il, d'ailleurs ?). C'est un "remue-ménage" hystérique mais pas indigeste, entraînant mais pas dansant ; enfin on n'en est pas sûr... Car pour ce qui est de faire les poussières, on se dit que ça n'aurait finalement aucune utilité, autant faire une économie d'effort, on en aura besoin, vu la pêche folle que nous apporte l'écoute de ce second album de Shapes And Sizes.


Très bon   16/20
par X_YoB


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
246 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques