The Fratellis

Costello Music

Costello Music

 Label :     Fallout 
 Sortie :    lundi 11 septembre 2006 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Dans cette mauvaise troupe qu'est le (re)vival rock-pop-punk dansant facile à démouler, The Fratellis n'a semble t'il pas usurpé, et ce dès son premier album, ses galons de bon soldat. Largement moins minets et plus mûrs que les petits gars de The Kooks, ces écossais trempent malgré tout dans la même tambouille britannique assénée ces dernières années dans les rayons rock. La ligne directrice habituelle The Clash / The Libertines, défendue encore une fois par un groupe que l'on taxera assurément d'opportuniste.

Cependant, il y a beaucoup d'ingrédients qui rendent plus enthousiaste à l'écoute de Costello Music. Dont avant tout la bonne humeur. Ce disque est ensoleillé de mélodies poppy et du plaisir palpable que prennent les trois à développer leur musique. On imagine facilement que le groupe tient ses références quelque part entre Beatles et Clash, en y trempant allègrement leurs souvenirs enfantins des diffusions de Happy Days à la télévision. Si bien que tout au long du disque, Jon, Barry et Mince savent garder leurs auditeurs debout et les remuer dans un classicisme rock évident mais délectable. Car si ce n'est ici pas l'originalité qui prime, les treize titres vont rarement jusqu'à 4 minutes, ne laissant ainsi pas ou peu de repos pour reprendre son souffle ou être mécontent. Que cela soit avec un gros rock basique comme le direct "Flathead" ou un brit-blues plus épuré tel un "Creepin' Up The Backstairs" seul à la gratte mais tout de même dansant, ils ont une technique instrumentale suffisamment maîtrisée pour que leur rock balance de bons coups dans les dents et écrase toute suggestion d'imposture, quelques petites pointes bien trouvées en supplément.
C'est également la voix de Jon qui stimule cet enthousiasme, paraissant avoir plus de bouteille que la majorité des formations juvéniles de ce rockvival. L'accent écossais est bien entendu emprunt d'héritage brit-pop, mais on ne peut parfois s'empêcher de penser à Lennon et quelques autres grands chanteurs, aux détours de maintes montées d'adrénaline et des choeurs typiques. On ne s'en plaindra pas non plus...

Pour ceux qui ont aimé les Libs et qui pour s'éclater cherchent un substitut sans simagrées ni manchettes, The Fratellis est plus qu'un bon choix.


Très bon   16/20
par X_YoB


 Moyenne 16.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 21 mars 2007 à 18 h 59

Voilà un album qui déboîte, qui met sans dessus-dessous. The Fratellis a l'honneur de nous sortir le premier album dansant, vraiment accrocheur, de l'année. Cet album est composé de chansons joviales, puissantes et en plus assez biens trouvées. On ressent bien l'esprit The Libertines ce qui ne me déplaît guère !
En plus, The Fratellis, groupe écossais, a fait le pari de nous faire un meilleur album que les Franz Ferdinand, dernier groupe écossais en date. Pari réussi et loupé à la fois, car ce disque est beaucoup moins pop ou entraînant que le disque de Franz (éponyme) ; mais le disque de Fratellis est envahi d'une puissance, d'une force qui rend impuissants les nouveaux groupes d'aujourd'hui !
Toutes les chansons qui ornent cet album sont de très bon goût, les plus attirantes : "Flathead", "Henrietta", "Whistle For The Choir", "Chelsea Dagger", "For The Girl", "Creeping Up The Backstairs", "Baby Fratelli" cachent le mauvais côté de l'album, composé de chanson sans grandes ambitions : "Cuntry Boys And City Girls", "Doginabag", "Go Na Nuts From A Hippy", qui n'est pas une mauvaise chose !
Voilà, The Fratellis réussissent a concurrencer les grands Franz Ferdinand !
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
335 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?