Rob Crow

Living Well

Living Well

 Label :     Temporary Residence 
 Sortie :    mardi 23 janvier 2007 
 Format :  Album / CD   

L'écoute de Living Well soulève une question générant chez ma triste personne un sentiment (trop) proche d'une honte non assumée: mais pourquoi avoir totalement occulté (involontairement, certes) la nébuleuse discographique composée de Thingy, Heavy Vegetable ou Pinback ? Fort heureusement, ce Living Well arrive à point pour laver cet affront, puisque son auteur, Rob Crow, n'est autre que l'un des principaux instigateurs de cette fameuse nébuleuse domiciliée à San Diego.

Quand débarque ce nouvel album, notre homme n'en est donc pas à son coup d'essai entre ses efforts publiés avec ses précédentes formations et ses précédents albums solos, mais néanmoins Rob Crow est parvenu à garder en lui une certaine fraîcheur. Cette sensation transparaît dans le mariage voix-guitare omniprésent autour duquel s'articule chacune des 14 chansons ici présentes. Certes, dans ce nouvel opus rien de foncièrement novateur, ni sur la forme, ni sur le fond, mais il transpire tout simplement un réel travail de sobriété et de simplicité mis en avant tant au niveau de la production, que de l'élaboration des compositions. Rob Crow a pris le parti de ne pas s'embarrasser d'artifices inutiles et bien lui en a pris. Alors le voilà durant plus d'une demi-heure muni de sa guitare électrique et soutenu par une section rythmique (se contentant de l'accompagner sans lui voler la vedette) et égrenant ses notes et ses accords avec une habileté certaine au fil de chansons tout en finesse.

Living Well ne sera peut-être pas l'album de l'année, car finalement très linéaire, mais toujours est-il qu'il s'en dégage une humanité et une générosité évidentes permettant de dévoiler un indie rock des plus accessibles. Tous n'y arrivent pas...


Pas mal   13/20
par X_Jpbowersock


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
124 invités et 2 membres
Zebulon
François Corda
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?