Curtiss

Simplicity

Simplicity

 Label :     Customcore 
 Sortie :    mardi 12 juillet 2005 
 Format :  Album / CD   

Simplicity est le premier album de Curtiss, jeune groupe prometteur originaire d'Aix-En-Provence. Difficile à cataloguer, la galette est nourrie de multiples influences qui font tout le charme de la musique de Curtiss, expérimentale et envoûtante.

L'album commence avec "Stimulus", très bonne piste d'ouverture qui nous montre déjà à quoi s'attendre : alternances de couplets calmes et de refrains énervés, très nombreux changements de rythme, ponts interminables, etc... La voix, mélange improbable entre le timbre de Matthew Bellamy et la douceur innocente d'un Chris Carrabba (Dashboard Confessional), se fond à merveille dans l'ensemble, que le chant soit clair ou tout simplement hurlé sur des titres comme "Clockwise", "And Justice For All" ou "Change". Le chanteur se permet également quelques envolées à la Thom Yorke ("Aria") assez convaincantes.
Le son est quant à lui très intéressant, et on notera particulièrement les traitements infligés à la guitare, qui renforcent l'aspect atmosphérique de l'album. On peut remarquer quelques effets electro disséminés ça et là ("Clockwise", "Stay"), aussi discrets que les nappes de clavier mises en place par le chanteur. La basse, ronde et groovy, mérite elle aussi un peu d'attention, et confirme cette légère ressemblance avec Muse (comme en témoigne le morceau "One Of These Days"). Mais ça ne s'arrête pas ici : Curtiss rappelle aussi bien le groupe britannique que Thursday et autres jeunes espoirs post-hardcore.
"Simplicity" se veut à la fois pop et expérimental, lorgne du côté de l'emo sucré et ne renie pas la noise. Ce qui est étonnant, c'est que malgré toutes ces inspirations (volontaires ?) différentes, le groupe se forge à travers ces 11 titres une identité bien précise, pour un résultat cohérent et inventif.

Néanmoins, "Simplicty" n'est pas exempt de défauts : tout d'abord, on peut reprocher à l'ensemble une certaine répétitivité, qui, même sans plonger l'auditeur dans l'ennui, peut paraître gênante. Les morceaux écopent à peu de choses près des mêmes structures (bien qu'efficaces) et des mêmes variations de tempo. En effet, toutes les pistes semblent se ressembler, tant au niveau de leur construction que de leur rendu.
De plus, l'album ne reflète pas vraiment l'énergie que dégage le quintet en live : la version studio est certes plus posée et organique, mais on peut regretter le côté viscéral qui transparaît chez Curtiss sur scène, ce qui fait de "Simplicity" un album un peu trop prévisible... dommage.


Au final, "Simplicity" étonne par son originalité, sa fraîcheur, et prouve bel et bien que Curtiss est un groupe à découvrir. Bien que présentant des aspects un peu décevants, l'album est une réussite et reste un excellent premier pas pour le combo aixois, à la fois innovant et efficace.


Pas mal   13/20
par Pumpkin Ben


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
203 invités et 1 membre :
El rodeo
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused