Plastic Tree

Chandelier

Chandelier

 Label :     Universal 
 Sortie :    mercredi 28 juin 2006 
 Format :  Album / CD   

Aborder un album de Plastic Tree n'est jamais chose aisée. De fait, les diverses productions du groupe alternent le chaud et le froid. De plus, difficile de ne pas évoquer le chanteur Ryutaro et son timbre très spécial, peu fiable, qui en rebute plus d'un. Quatre ans après l'excellent Traümerei, et après deux albums en demi-teinte, qu'en serait-il de ce Chandelier ? Les singles ayant précédé la sortie de l'album laissaient présager une couleur un peu particulière pour celui ci. Si "Namida Drop" donnait dans la pop plutôt guillerette, "Ghost" avait en revanche de quoi étonner de par ses sonorités plus lourdes.

Disons le maintenant : nous avons la du bon, très bon Plastic Tree. Tout d'abord, un effort a été fait au niveau du chant. La voix parfois si gênante de Ryutaro s'est adoucie sans perdre ce qui pouvait faire son charme. Les chansons n'en sont que plus abordable.

Abordable, voilà un mot qui pourrait justement qualifier cet album. Le groupe nous offre ici un album accessible, idéal pour découvrir le groupe. Pour ce nouvel essai, le groupe nous offre ce qu'il sait faire de mieux : de la pop et du rock sans prise de tête, entraînant. Certaines chansons s'inscrivent ainsi dans la plus pure tradition Plastic Tree, à l'instar du rock dynamique de "Naizou Mike" ou de la très pop "Namida Drop". Dans la même lignée que ce single, on trouve d'ailleurs des chansons tel "Cage for Rent", ou 37°C qui, sans être médiocres, ne supportent pas la comparaison avec le reste de l'album. Car si Plastic Tree prouve qu'il sait toujours faire du bon rock aux accents plutôt légers ("Namae No Nai Hana", "San Mika"), le quatuor 'innove' en montrant qu'il sait aussi durcir le ton. Avec des titres comme "Puppet Talk", "Ghost" ou "Sentimental Machine", la guitare devient saturée, Ryutaro utilise de petits effets pour sa voix. Le groupe se fait plaisir, et ça se sent. En guise de conclusion, le groupe se permet même une chanson s'inspirant très fortement de la valse !!!

Bien sur, cet album n'est en rien un incontournable du genre. Les formules utilisées ont déjà été entendues maintes fois ailleurs. Mais l'album n'en reste pas moins de très bonne facture et s'avère une introduction très réussie au groupe avant de se lancer dans l'aventure Traümerei. Ce Chandelier nous le prouve : la flamme n'est pas encore éteinte.


Bon   15/20
par Fëanáro


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
132 invités et 1 membre :
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?