Rollins Band

Get Some Go Again

Get Some Go Again

 Label :     Dreamworks 
 Sortie :    lundi 28 février 2000 
 Format :  Album / CD  K7 Audio   

Après un léger temps d'arrêt, Henry Rollins re-pointe le bout du nez avec son Rollins Band et s'apprête à emprunter un virage important dans sa carrière.
En 2000, l'animal sait qu'il ne reviendra jamais au succès inattendu mais mérité qu'il a connu avec Weight d'autant que Come In And Burn, son successeur, a fait les frais du rebondissement dans un relatif anonymat.
Rollins décide donc de nettoyer complètement le line-up et d'y intégrer les membres de Mother Superior –groupe qu'il rencontre en les produisant en studio-.
Le nom de l'escadron ne changera pas, traduisant ainsi le côté égocentrique et obstiné du patron.

Avec sa nouvelle fanfare, le Rollins Band change quelque peu son son et son univers musical mais reste finalement très proche de ce qu'il a proposé jusqu'alors.
Le côté plus heavy et plus rock and roll de l'orchestre ne se fera qu'après la plage d'introduction ("Illumination") qui relance une nouvelle fois la tactique musicale visant à alterner lecture vocale sur relaxation instrumentale et chant énergique sur instruments proactifs. Rien de neuf donc, mais une ambiance toujours aussi entraînante et palpitante plonge ses témoins dans un train sans issue de secours.
"Get Some Go Again" joue quant à elle la carte du punk, de l'entraînement et de la ritournelle. Rollins sait qu'il doit varier tant que possible son jeu de poker et l'applique : "Monster" joue dans une autre pièce emphatique et maintient à bon niveau les débuts encourageants de cette nouvelle plaque.
"Love's So Heavy" plaque le carton de l'écriture sur la table, permettant ainsi au groupe de faire un pas décisif dans la partie. L'émotion y est aussi pour beaucoup.
Mais voilà : après quatre gibus tout à fait enthousiasmants, Henry Rollins s'expose une nouvelle fois au même problème : son jeu de carte s'épuise.
Les mêmes cartes sont distribuées, et la partie reste inlassablement la même.
La jeunesse physique de son leader permet néanmoins à l'album de garder une certaine conduite et de ne jamais plonger dans la médiocrité mais ses auditeurs finissent vite par tomber dans une relative monotonie.
Sur la fin, "Hotter And Hotter" vient pourtant relancer toute la partie et le cours des événements, ce qui donne lieu à un bilan finalement positif pour l'ensemble de l'œuvre. Infatigable, Henry Rollins parvient donc avec ce Get Some Go Again à gagner son pari : ne pas décevoir et s'ouvrir peut-être à un nouveau public plus "heavy". Une plaque qui ravit finalement amplement ses fans, mais qui laisse aussi les véritables connaisseurs sur leur faim.


Bon   15/20
par X_Cosmonaut


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
160 invités et 1 membre :
Blackcondorguy
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :