David Sylvian

Secrets Of The Beehive

Secrets Of The Beehive

 Label :     EMI 
 Sortie :    mardi 01 septembre 1987 
 Format :  Album / CD   

Secrets Of The Beehive est actuellement l'album le plus connu de David Sylvian, le plus accessible aussi, et, serait on tenté de rajouter, pas le moins intéressant, loin de là.

Rien ne semble ici le fait du hasard, tant chaque note, chaque silence semblent avoir été joués avec la précaution la plus extrême, chaque instrument étant un bloc de plus apposé à cette cathédrale de sons qu'est Secrets Of The Beehive. Le résultat est étrangement infiniment supérieur à la somme de ses composants. Le fruit d'obscures incantations magiques ? Sûrement tant cet album parait surnaturel, sorti de quelques fioles d'un alchimiste surdoué.

Il n'aurait d'ailleurs pas dépareillé au sein du label 4AD auquel il emprunte l'esthétique sonore et visuelle vaguement gothique et éthérée ("Maria" est sans conteste le témoin le plus frappant de ce rapprochement). Mais ne pensez pas vous retrouver dans les terres moyenâgeuses d'un Dead Can Dance ou l'éther synthétique des Cocteau Twins. Non, Secrets Of The Beehive préfère se lover dans un certain dépouillement (à l'exception des épiques et magnifiques "Orpheus" et "Let The Happiness In", l'un s'offrant les services de virevoltantes cordes dans son entraînant refrain, l'autre déroulant un parterre de cuivres majestueux). A l'image d'un certain Laughing Stock, ce sont ces instruments que l'on a plutôt l'habitude de voir dans des formations jazz (trompettes, contrebasses...) ou classiques (cordes, harpes...) qui composent la majeure partie de l'album. Utilisés avec parcimonie (le piano magique de Ryuchi Sakamoto), ils donnent à cet album un écrin intemporel.

Si il fallait oser une comparaison, on se risquerait à évoquer la bande originale idéale pour "La Belle Et La Bête" (de Cocteau), avec Sylvian (dont la voix est d'une retenue exemplaire et émouvante) en maître des lieux sombre, mystérieux, inquiétant, mais terriblement attirant.


Exceptionnel ! !   19/20
par Burette


  L'album a été réédité en 2003 chez EMI et contient le morceau "Promise (The Cult Of Eurydice)" en plus.


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
278 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?