Ed Harcourt

Here Be Monsters

Here Be Monsters

 Label :     Heavenly 
 Sortie :    jeudi 28 juin 2001 
 Format :  Album / CD   

Je n'avais entendu qu'un seul titre de ce jeune Anglais ("She Fell Into My Arms") et bien des compliments sur son premier E.P. & son premier album, alors j'ai craqué quand je l'ai vu dans la vitrine (l'album, pas le musicien!) de mon disquaire... Même ce dernier était sous le charme ("Vous avez bon goût, mademoiselle!").
C'était fin juillet 2001, et depuis, je l'ai écouté 70 fois... Ce n'est pas une estimation : J'AI COMPTE !!! (Oui, je suis un peu cinglée...) Vous aurez donc deviné que je n'ai pas été déçue quand je l'ai entendu la première fois ! Ma réaction initiale fut "Mince! Il doit être amoureux fou pour écrire d'aussi jolies chansons..." Preuve à l'appui: "Like Only Lovers Can".
Tantôt très doux ("Something in My Eye", "Wind Through The Trees" et "Those Crimson Tears", qui est même carrément lancinante), tantôt plus cadencé ("God Protect Your Soul", "Hanging With The Wrong Crowd", "Apple Of My Eye"), ou les deux dans le même morceau ("Beneath The Heart Of Darkness" et son bridge à la Massive Attack)...
Si on devait trouver une seule influence là-dedans, on aurait bien du mal, mais on entend parfois un peu de Rufus Wainwright (en moins nasillard – écoutez "Shanghai"), de Ron Sexsmith (en plus secoué – écoutez "Shanghai" !) ou d'Elliott Smith (en moins flapi). De toute façon, ce cher Ed mérite mieux que d'être traité de nouveau Machin !


Parfait   17/20
par Edye


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
337 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?