Nina Nastasia

Dogs

Dogs

 Label :     Socialist 
 Sortie :    2000 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Réédition d'un disque injustement méconnu datant de 1999, Dogs est le premier album de la new yorkaise Nina Nastasia, produit par un certain Steve Albini qui ne tarit pas d'éloges sur la demoiselle. La délicatesse de ses petites histoires torturées touchent droit au coeur dès la première écoute. Evoluant dans un univers très intimiste et singulier, la musique de Nina Nastasia se base sur la guitare acoustique souvent accompagnée de violon et violoncelle, et ses chansons épurées et minimalistes ne sont pas sans évoquer Cat Power ou Kristin Hersch des Throwing Muses. La voix de Nina Nastasia évolue dans des champs variés et s'adapte parfaitement à la musique, notamment dans les passages intenses de "Underground", ou dans les montées de "Roadkill". Au delà de la mélancolie, on sent également percer une colère pleine d'espoir, construisant un disque rassurant tout en étant à fleur de peau. "Extraordinaire" selon John Peel, Nina Nastasia est une artiste à découvrir.


Excellent !   18/20
par YksmohC


  En écoute : https://ninanastasia.bandcamp.com/album/dogs


 Moyenne 16.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 11 août 2005 à 21 h 12

Très franchement Nina Nastasia, je l'ai trouvée ennuyante. Elle manquait d'éveil, elle était pâle et terne. J'ai trouvé son interprétation mollement endormante, elle n'avait rien d'une berceuse, excepté l'endormissement à la fin ou pendant. Soporifique.
Alors lorsque j'ai entendu parlé de son album, de son titre frôlant les paquerettes, je n'ai eu aucun remord quant à mes murmurs d'endormie qui accompagnaient silencieusement ses seuls trois accords de guitare et le bourdonnement lourd du contre-bassiste. Finalement, c'est en écoutant le petit "Dogs" que j'ai pris conscience de la stupidité de mon acte et, pire encore, de celle de mes pensées.

Ce travail ne vole pas très haut pourtant, il se cantonne a un petit bout de campagne bien délimité par du fil barbelé. Mais, ce travail a une petite vie, tout comme les campagnards ont la leur. Ils savent se complaire dedans et c'est l'essentiel. Leur bonheur est simple, et cela, c'est respectable et enviable.
En musique, c'est la même chose que dans la vraie vie : il y a des personnes qui veulent toiser les nuages, être visibles et adulés par tous ; il y a celles qui veulent jouer pour le plaisir de jouer, pas pour se surpasser, pas pour aller au-delà de quoique ce soit. Hélas, elles attirent peu l'attention. Et quand leur musique est mélancolique et plutôt bucolique -ce qui est le cas pour Nina Nastasia, on feint de n'avoir rien vu ou rien entendu, comme pour cette misère que l'on trouve parfois par terre à un coin de rue.
Miséreux, l'album ne l'est pas du tout. Silencieux serait plus approprié. Jazzy-folk aussi. Il y a un peu de Nina Simone en Nina Nastacia. Une petite influence de Mazzy Star aussi. Peut-être aussi la hargne de Janis Joplin, mais une hargne moins expressive et discrète. Peut-être du Cat Power aussi.
Mais, la principale source d'inspiration de la chanteuse, ce sont les histoires. Des histoires à elle, des histoires entendues par ici ou par là(jolies historiettes : "Judy's In The Sandbox " ou "Jimmy's Rose Tattoo").

Comment cette prairie paisible a-t-elle pu pousser au coeur de New York?
Impossible à dire. Mais moi je peux affirmer, en entendant la qualité de la voix et la justesse rudimentaire de l'instrumentation, que j'ai regretté de ne pas l'avoir écoutée ce soir. Juste parce qu'elle était trop douce, trop 'à part'.
Sympa   14/20



Posté le 09 octobre 2005 à 10 h 40

Excellent disque folk à l'humeur changeante et à la tension sous-jacente, à l'image de son interprête.

Ce "Dogs" datant de 1999 et réédité -ce qui parait judicieux vu sa qualité-, rappelle par moments la jolie Hope Sandoval de Mazzy Star, au niveau vocal. Quant à l'instrumentation, minimaliste et pourtant si intense, elle nous charme, nous berce et nous émeut ... Prêtez donc une oreille attentive ne serait-ce qu'à ces violons paresseux et qui pourtant expriment tant de choses. Ou encore à ces guitares acoustiques et cette batterie pas plus bavardes et tout aussi 'parlantes' de par leur retenue.

Un bien beau disque, de ceux qu'on se garde jalousement, qu'on aimerait faire connaitre, mais très personnel de par sa préciosité et son côté intime.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
405 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :